Compte-rendu de l'A.G. du 29 décembre 2020 de l'association Terre sacrée (parce qu'on la ma$$acre !)

Notre-Dame-des-Landes : vol au-dessus des Robin des Landes - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/02/2013 à 13h07 par mich.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Notre-Dame-des-Landes : vol au-dessus des Robin des Landes

Les opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes occupent toujours le site où doit être construit l'aéroport

 

Des centaines de jeunes squatteurs occupent toujours le site de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, pour s'opposer au projet d'aéroport. Voyage dans cette étonnante communauté, venue de toute la France, ou même de l'étranger, entre anars, "indignés" et rebelles de tout poil.

Les voilà, les insurgés de Notre-Dame-des-Landes. Tout en treillis et en dreadlocks, ils ont surgi de la nuit, par grappes, lampe de spéléologue sur le front, bottes de pêcheur aux pieds. Ce soir de janvier, ils se sont donné rendez-vous dans une vaste grange, en lisière de la forêt, pour une assemblée générale. Dehors, il fait moins 5. Dedans, aussi.

Un poème, l'assemblée générale. Ni chef ni consigne, si ce n'est celle des bouteilles de bière. Et interdiction de couper la parole aux intervenants. Pour ne pas plomber les envolées des camarades, l'assistance se doit de signifier son approbation, ou sa réprobation, en langue des signes. Diatribes antiflics, gesticulations muettes: l'ambiance oscille entre Commune de Paris et théâtre balinais.

On comprend mieux pourquoi la zone d'aménagement différée (ZAD) du futur aéroport du Grand Ouest est, aujourd'hui, rebaptisée "zone d'anarchie décomplexée".

A 300 mètres de là, au croisement de deux départementales, les gendarmes épient l'obscurité avec leurs jumelles à infrarouge. Cette guéguerre de position dure depuis 2009 et l'installation des premiers militants squatteurs dans la forêt et les fermes des environs.

Mais l'arrivée à Matignon de Jean-Marc Ayrault, ex-maire de Nantes et ardent promoteur du projet d'aéroport, a propulsé la partie de cache-cache sur la scène politique nationale. Le 16 octobre dernier, le gouvernement faisait donner un régiment de gendarmes mobiles pour chasser les campeurs et détruire leurs abris de fortune. Nom de code de la manoeuvre: "Opération César". Un mois plus tard, les squatteurs, soutenus par 35 000 manifestants, reprenaient possession des lieux, lors de l'opération dite "Astérix". Depuis, rien.

Enfin, rien, façon de parler. Les journées sont bien remplies pour les 400 à 500 "zadistes" - c'est comme ça qu'on appelle les occupants de la ZAD -, disséminés en une dizaine de communautés dans leur bastion de 16 kilomètres carrés. Ce matin, sur Radio Klaxon, ils ont égrené le programme: 9h30, cours de cuisine vegan; 11h30, éveil corporel; 16 heures, atelier anti-répression.

Porte-voix des rebelles de Notre-Dame-des-Landes, Radio Klaxon émet plus ou moins bien, plus ou moins loin, sur 107.7. La fréquence d'Autoroute FM, la radio du groupe Vinci, concessionnaire du futur aéroport, que les squatteurs piratent depuis six mois.

Les opposants au projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes occupent toujours le site

La nuit, non plus, ça ne chôme pas dans les sous-bois. Les militants les plus endurcis, ceux qui ont posé leur sac à dos au Far West, aux Fosses noires ou à la Châtaigneraie, prennent leur tour de ronde. Ils arpentent la forêt, dont ils connaissent les moindres sentiers, se postent à proximité des quatre fourgons de gendarmerie stationnés en permanence aux frontières de la ZAD.

De temps à autre, un caillassage égaie les soirées d'hiver. "En arrivant ici, j'étais non violent, explique Camille, 29 ans, un ingénieur forestier venu de Corse. Je ne voyais pas l'intérêt d'aller harceler les flics." Maintenant, il voit. Il a mis la question en débat avec ses potes de la Châtaigneraie. Comme le veut la tradition, ils se sont mis en cercle "pour respecter une posture non hiérarchisée". Camille a fait valoir son point de vue, mais la compagnie de pantomime lui a fait comprendre, en sourd-muet, qu'il était largement minoritaire.

"En provoquant les forces de l'ordre, tu mets l'Etat devant ses responsabilités, dit-il aujourd'hui. C'est trop facile de boucler la ZAD avec 20 gendarmes. On veut juste qu'ils se barrent. Ou alors qu'ils débarquent à 500 pour nous mater..."

Tous les squatteurs s'appellent Camille. C'est le prénom qu'ils se sont choisi, une fois pour toutes, vis-à-vis du monde extérieur. Prénom indifférencié, unisexe, uniforme. Pour 1 Camille qui parle, 9 qui serrent les mâchoires. Ou qui ricanent. Les journalistes ne sont pas les bienvenus à Notre-Dame-des-Landes. Et L'Express, "journal petit-bourgeois", ne déroge pas à la règle.

Pour les photos, c'est encore pire. Interdiction de tirer le portrait d'un zadiste sans que tous ses copains de "sleeping" (dortoir) ou ses voisins de tipi aient donné leur consentement. En plus, le photographe n'a pas fait "sourd-muet" en seconde langue.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Henri Haget, publié par lexpress.fr et relayé par SOS-planete

 

Notre association défend la Vie et toutes ses espèces, dont l'Homme. Elle est APOLITIQUE  

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de  

SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 

Auteur : Henri Haget

Source : www.lexpress.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter mich
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.