Notre avenir s'annonce bien urbain - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/04/2010 à 10h37 par Jacques.


NOTRE AVENIR S'ANNONCE BIEN URBAIN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Notre avenir s'annonce bien urbain

Futur proche

Si vous lisez cet article dans un métro ou un bus surchauffé, le nez collé à l'aisselle de votre voisin, consolez-vous: vous avez peut-être bien pris le train du progrès. Entamé il y a une trentaine d'années, le combat pour la densification du tissu urbain (en gros, le retour au centre-ville) n'en finit plus de gagner du terrain. Le néo-campagnard apôtre du télétravail n'a plus le vent en poupe.

L'avenir est à la promiscuité urbaine. «Quand nous avons commencé à développer l'idée que vivre loin de la ville et multiplier les trajets n'était pas une option durable, nous avons soulevé un flot de critiques, se souvient Martine Liotard, chargée d'étu­des à l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France.

On nous parlait de saturation des centres, de qualité de vie. Mais, avec l'épuisement des ressources énergétiques et les problèmes de climat, l'attitude change. Les gens comprennent qu'il y a urgence.»

Pas de grandes tours

Densifier les villes, c'est épargner, un peu, la planète, mais c'est aussi, pour d'autres, favoriser la créativité. «Internet a permis d'échanger avec des gens vivant à l'autre bout de la planète. C'est très bien, commente Jean-Louis Missika (lire ci-contre), adjoint au maire de Paris en charge des innovations et spécialiste des nouvelles technologies. Pourtant, pour développer du business, trouver des nouvelles idées, on a besoin des rencontres physiques.

Les bonnes idées viennent souvent d'échanges avec des gens rencontrés au hasard, autour d'une machine à café par exemple, sur lesquels on a très peu de chances de tomber via le Net.»
Bouillonnante d'idées et moins polluante, la ville du futur serait donc compacte et très peuplée. Mais à quoi ressemblera-t-elle ?

«Il y a une confusion très répandue dans le débat public. On associe souvent la densification des villes à la construction de tours. Mais toutes les études montrent que les tours ne donnent pas le tissu urbain le plus dense, car il faut respecter de grands espaces vides entre elles, répond Francis Cuillier, président du Conseil français des urbanistes.

La ville la plus dense en France et l'une des plus denses au monde, c'est Paris grâce à ses immeubles haussmanniens qui ne sont pourtant pas très hauts.»

Pas de tours donc, mais des immeubles de taille moyenne qui donneraient envie aux périurbains de revenir tâter du bitume.

«Il faut offrir en ville ce qui a fait le succès des pavillons à l'écart des centres, assure Lionel Rabilloud, directeur des études à Acadie, un bureau de conseil auprès des collectivités. Créer des parkings, des terrasses, des espaces verts.» «Et des apparts plus grands, surenchérit Francis Cuillier. Il y a un rejet de la densité car la taille des logements est trop petite.»

Le prix du mètre carré élève le débat

Vous commencez à la voir, la ville du futur, avec ses terrasses fleuries, ses apparts géants et ses voisins qui vous aident à découvrir le vaccin contre la grippe ? Certains trouvent le portrait un peu trop beau. «La densification n'est qu'un slogan d'architecte, s'insurge Jean-Michel Roux, économiste.

Ce qui a poussé les gens loin des centres, ce n'est pas leur passion pour la steppe. Ce sont les prix beaucoup moins élevés que dans les centres. La densification ne se décrète pas, elle arrive, et c'est tout.»

En pleine crise du logement, dire aux grands banlieusards qu'ils sont has been et qu'ils manquent cruellement de sens civique peut, en effet, faire grincer quelques dents.

«C'est exactement pour ça qu'il faut revoir le maillage urbain, développer des villes existantes en les dotant de tous les services nécessaires pour qu'elles soient vraiment attractives», réplique Martine Liotard.

La réforme de la ville est un vaste chantier, qui ne fait pas l'unanimité. Mais opposant et partisans de la densification sont d'accord sur un point: il y a urgence à donner le premier coup de pelle.

Laurent Bainier

Source : 20minutes.fr

Info sélectionnée par Jacques

Gardons bien notre esprit critique

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........