Non à la vaccination de masse contre la grippe A(H1N1) ! - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/11/2009 à 03h13 par Phil.


NON À LA VACCINATION DE MASSE CONTRE LA GRIPPE A(H1N1) !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Non à la vaccination de masse contre la grippe A(H1N1) !

Une information sélectionnée par Phil'

Alors que des questions se posent quant à la transparence des contrats signés avec l'industrie ou sur l'indépendance des experts ayant conseillé les autorités de santé sur le choix des vaccins contre la grippe A(H1N1), sur la politique vaccinale face à la pandémie et sur le nombre de doses à acheter, c'est de l'île de la Réunion, où le virus a déjà frappé, que viennent des signes de résistance.

Il n'est pas question de résistance au Tamiflu ou au virus, mais bien d'un esprit de désobéissance, mûrement réfléchi, aux directives données par l'ordre national des médecins et par les tutelles quant à la campagne de vaccination.

L'Union régionale des médecins libéraux de l'île de la Réunion explique clairement en ligne son opposition à la vaccination de masse dans un message d'information dont Droit-medical.com a obtenu le droit de reproduction.

Non à la vaccination de masse contre la grippe A(H1N1) !

L'Union Régionale des Médecins Libéraux de La Réunion (URML) s'oppose à la vaccination de masse telle qu'elle a été programmée à la Réunion par les pouvoirs publics. L'URML relève que cette vaccination est controversée dans les milieux scientifiques et les organisations compétentes aussi bien dans son utilité que de son innocuité (cf calendrier vaccinal inversé par rapport aux recommandations de l'OMS), d'autant que le pic épidémique est derrière nous.

À quoi sert le parcours de soins qui a été mis en place depuis 2005 si à la moindre alerte sanitaire, le médecin traitant est mis hors circuit (information, respect des contres indications et surveillance des éventuels effets indésirables) ?

Par ailleurs, cette campagne génère un coût exorbitant (combien de milliards ?) par rapport au bénéfice attendu.

Pour toutes ces raisons, l'Union Régionale des Médecins Libéraux de La Réunion est opposée au plan vaccinal actuel décidé par les autorités sanitaires et publiques de la Réunion.

URML de La Réunion, AGE du mardi 27 octobre 2009

Cette position rejoint celle du conseil de l'ordre des médecins généralistes allemands et montre que les positions prises par les autorités en s'appuyant sur l'avis d' “experts”, ayant souvent des liens étroits avec l'industrie, sont loin de refléter l'expérience des médecins de terrain.

Ce clivage est suffisamment marqué pour que de plus en plus de professionnels de santé, médecins ou non, affirment vouloir prendre le contre-pied des recommandations officielles.

Ils agissent dans ce qui leur semble être l'intérêt des patients, comme la loi et leur esprit de la déontologie le leur demandent.

Cette attitude ne va pas manquer de surprendre les autorités de santé habituées depuis plusieurs années à faire fi du libre arbitre des praticiens et à leur imposer des recommandations ou des contraintes tendant à faire disparaître les libertés à la base de la pratique médicale sans être confrontées à une véritable opposition grâce à un manque de cohésion de la profession savamment entretenu.

Reste à savoir comment les patients, soumis à une pression médiatique qui pourrait s'intensifier, réagiront aux réticences de ceux qui sont censés les vacciner.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire