Niveau 6 : le japon ne maitrise plus rien! 6 réacteurs hors de contrôle - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/03/2011 à 19h26 par Mich.


NIVEAU 6 : LE JAPON NE MAITRISE PLUS RIEN! 6 RÉACTEURS HORS DE CONTRÔLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Niveau 6 : le japon ne maitrise plus rien! 6 réacteurs hors de contrôle

Titre original :
Japon. Accident nucléaire de niveau 6

 

NDTS 19 heures : 6 réacteurs nucléaires sont instables rien qu'à la centrale de Fukushima! Et il y en aurait d'autres au Nord Est du Japon...

 

Deux nouvelles explosions sont survenues mardi matin au niveau des réacteurs 2 et 4 de la centrale nucléaire de Fukushima 1. Une hausse considérable de la radioactivité aurait été enregistrée par l'agence météorologique japonaise. L'accident nucléaire a atteint le niveau 6 de gravité sur l'échelle internationale.

Une menace nucléaire qui terrorise. Mardi, deux nouvelles explosions se sont produites au niveau des réacteurs 2 et 4 de la centrale nucléaire Fukushima-Daiichi, située dans le Nord-Est du Japon, à 250 kilomètres de Tokyo. Vers 06h14 heure locale, (23h14 GMT), une «importante explosion» d'hydrogène est survenue dans le bâtiment qui abrite le réacteur 2, a déclaré l'agence de sûreté nucléaire Tokyo Electric Power (Tepco) –qui exploite le site-, citée par le quotidien «The Daily Yomiuri».

Une autre explosion s'est produite peu après 8 heures, déclenchant un incendie dans un bassin de rétention de combustible du réacteur 4, en maintenance lors du séisme. Aucune victime n'est à déplorer et le feu a pu être maîtrisé, mais deux brèches de huit mètre de large ont été décelées dans l'enceinte extérieure du réacteur.

Si l'explosion sur le réacteur 2 n'a pas été visible de l'extérieur –contrairement à celles survenues lundi sur les réacteurs 1 et 3- et n'a pas endommagé l'enceinte de confinement, le niveau de radiation autour du site a considérablement augmenté.

D'après Tepco, la radiation mesurée à 07h50 heure locale (22h50 GMT) s'établissait à 1 941 microsieverts par heure. Quarante minutes plus tard, l'agence a annoncé qu'elle équivalait à 8 217 microsieverts, soit une dose de rayonnement huit fois plus importante que ce qu'une personne peut recevoir en une année, à partir de sources naturelles ou artificielles.

Selon le gouvernement japonais, le niveau de radiation constituerait un risque majeur pour la santé s'il est supérieur à un million de miscrosieverts par heure. Peu après la seconde explosion, un vent de nord-est a été enregistré par l'agence météorologique japonaise. Les ouvriers travaillant sur le site ont immédiatement été évacués, exceptés ceux qui s'emploient à injecter de l'eau de mer dans le réacteur 2 pour palier à la panne du système de refroidissement.
Le gouvernement s'active

Dans une intervention télévisée relayée par NHK, le Premier ministre Naoto Kan a exhorté tous les habitants à évacuer le périmètre de sécurité établi dans un rayon de 20 kilomètres de la centrale nucléaire. Il a également conseillé aux habitants de se confiner chez eux, tandis que 200 000 personnes résidant à proximité du site ont déjà été évacuées samedi dernier.

 

 

Une zone d'exclusion aérienne a également été instaurée dans un rayon de 30 kilomètres au-dessus de Fukushima-Daiichi. Le gouvernement japonais, qui minimise les risques de radiation depuis le début de la crise, a reconnu que le niveau de radioactivité avait «considérablement augmenté». «La possibilité de nouvelles fuites radioactives se renforce», a annoncé Naoto Kan.

«Les centrales nucléaires ont été secouées, inondées, leur électricité coupée, a déclaré le directeur général de l'agence internationale de l‘énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, rapporte Euronews. Le site a vécu aussi des tragédies humaines. Les réacteurs endommagés se sont arrêtés automatiquement.

Il n'y a donc plus de réaction en chaîne du nucléaire. L'un de nos rôles majeurs dans cet évènement est de coordonner l'assistance fournie par les États membres. Le Japon a demandé l'aide de l'AIEA ainsi qu'une mission d'experts», a-t-il précisé.

Tokyo, ou 35 millions d'habitants menacés

A Maebashi, ville à 100 kilomètres au nord de Tokyo, le niveau de radioactivité relevé mardi matin était dix fois supérieur à la normale. A Saitama, la radioactivité a atteint un niveau quarante fois supérieur. A la mi-journée, la radiation mesurée à Tokyo faisait état d'une légère hausse.

L'ambassade de France au Japon a néanmoins lancé un avis à la prudence, annonçant qu'un vent de faible radioactivité risquait d'atteindre la capitale japonaise. Un risque qui pourrait s'aggraver dans les prochaines heures: l'agence Tepco a annoncé une hausse de température dans les réacteurs 5 et 6 de Fukushima-Daiichi. L'accident nucléaire a atteint le niveau 6 de gravité sur l'échelle internationale. Point final

 

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Lucie Dancoing - Parismatch.com

Source : www.parismatch.com