Ce soir, dès 22h 23, levez les yeux au ciel pour voir se lever la Super Lune du Tonnerre. (Vidéo HD)

Nigeria : Shell épinglé par le PNUE - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/09/2011 à 10h46 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nigeria : Shell épinglé par le PNUE

 
Un raport du PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement) confirme une pollution massive du pays Ogoni liée à l'activité pétrolière et pointe notamment la responsabilité de Shell qui a exploité la zone jusqu'en 1993.

Shell est décidément dans l'oeil du cyclone. Alors que la fuite d'un de ses oléoducs menace de marée noire la mer du Nord, le pétrolier a été largement montré du doigt début août dans un raport du PNUE sur l'état de pollution d'une région du Nigeria.

Diligenté par le gouvernement nigérian et financé par Shell, ce raport, au départ controversé a nécessité 11 mois d'investigations aprofondies (122 km² de droits de passage d'oléoducs et 5 000 dossiers médicaux étudiés) pour aboutir à une conclusion sans appel : reconnaissant une contamination environnementale du pays Ogoni dans le delta du Niger, le PNUE estime à 30 ans le temps nécessaire à une restauration environnementale complète.

Et il y a urgence au vu de la pollution très importante de l'eau potable dans certaines zones. A Nisisioken Ogale, la population ingère de l'eau en provenance d'un puits contaminé au benzène à un niveau 900 fois supérieur à ce que préconise l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Une couche de 8 cm de pétrole raffiné flottant dans la nappe phréatique alimentant le puits.

Le système de gestion de Shell peu performant

Car le raport pointe du doigt l'inefficacité des mesures de dépollution mises en oeuvre par la Shell Petroleum Development Company (SPDC), une coentreprise regroupant notamment Shell et la NNPC (Nigerian National Petroleum Corporation)(1). « L'étude conclut que le contrôle, la maintenance et la mise hors service des gisements pétroliers sont inadéquats.

Les propres procédures de la SPDC n'ont pas été appliquées, créant des problèmes de sureté et de santé publique » peut-on lire dans le raport. Si la société n'exploite plus le pétrole de la zone depuis 1993, les puits n'ont toujours pas été réhabilités.

La « bio-remediation » (accroître l'activité des micro-organismes pour éliminer le pétrole), seule technique observée par le PNUE en pays Ogoni et notamment utilisée par la SPDC, est considérée actuellement comme peu performante par le raport. Le PNUE ajoute que 10 sites sur les 15 étudiés et pour lesquels les enregistrements de la SPDC notent une procédure d'assainissement achevée sont en fait encore pollués.

Enfin, s'il reconnait que depuis 2010, Shell a mis en place un nouveau système d'assainissement plus performant, il ne répond toujours pas aux exigences réglementaires locales et aux pratiques internationales. « La SPDC est déjà en train de revoir les techniques d'assainissement utilisées dans le delta du Niger et cherche à impliquer des experts internationaux indépendants afin de trouver une façon de les améliorer » réplique néanmoins Shell sur son site Internet.

Pour Amnesty International, le PNUE confirme une publication de l'ONG en 2009 (voir article lié) et intitulée « Nigeria: petroleum, pollution and poverty in the Niger Delta » (2) mettant directement Shell en cause dans la pollution et la paupérisation de la zone.

« Ce raport prouve que les activités de Shell ont eu des répercussions désastreuses au Nigeria, mais que l'entreprise s'en est sortie en niant cet état de fait pendant des dizaines d'années, prétendant travailler dans le respect des normes internationales les plus élevées », insiste Audrey Gaughran, en charge des questions relatives aux enjeux internationaux à Amnesty International. De quoi en rajouter à l'image déjà fortement écornée de l'entreprise.

Les oléoducs : sabotés ou mal entretenus ?

Pourtant, la société pétrolière n'est pas encore prête à faire son mea culpa. Pour elle, le fléau de la pollution en pays Ogoni est essentiellement dû aux sabotages des oléoducs qu'elle possède dans la zone. Sur le site Internet de l'entreprise, un document affirme même que 70% des fuites de pétrole de la SPDC sont dues à ces activités.

Plusieurs ONG dont Amnesty International et les Amis de la Terre ont néanmoins plusieurs fois remis en cause les chiffres avancés par la compagnie pétrolière qui, selon elles, n'ont jamais été justifiés. (voir article lié)

Néanmoins, un jour avant la parution officielle du raport du PNUE, la société a fait machine arrière à propos de deux marées noires survenues en 2008 et 2009. Elles avaient provoqué la fuite d'environ 45 millions de litres de pétrole de ses oléoducs, une quantité comparable à la catastrophe de l'Exxon Valdez en 1989.

Jusqu'à aujourd'hui, Shell affirmait que ces fuites étaient essentiellement dues au sabotage des oléoducs. Elle reconnait aujourd'hui qu'elles ont en grande partie été causées par le mauvais entretien de ses conduites.

Mais pas question pour autant de prendre l'entière responsabilité de la pollution en pays Ogoni. « Il est regrettable [...] de donner l'impression que la SPDC en particulier et les compagnies pétrolières en général soient responsables de toutes les fuites de pétrole au Nigeria », insiste dans une lettre Mutiu Sunmonu, directeur de Shell Nigeria.

L'entreprise propose même depuis le début de l'année de suivre sur Internet toutes les fuites ayant lieu sur le réseau avec leurs causes respectives. S'il ne dédouane pas Shell à ce sujet, le raport du PNUE fait néanmoins état de ce problème assez récent qu'est le raffinage artisanal issu de pétrole obtenu illégalement par le sabotage des oléoducs.

A Bodo West, entre 2007 et 2011, il a ainsi été enregistré une baisse de 10% de la couverture de mangrove saine liée à l'augmentation de ce phénomène.

Une première étape

Le PNUE préconise donc la création de nouvelles institutions avec notamment l'établissement d'un Fonds pour la Restauration Environnemental du Pays Ogoni rassemblant 1 milliard de dollars (690 millions d'euros) collectés par le gouvernement et l'industrie pétrolière. Ils permettraient de financer les 5 premières années de restauration.

« Le PNUE espère que ces conclusions permettront de mettre fin à des décennies d'impasse dans la région et fourniront une base sur laquelle la confiance pourra être construite et des mesures pourront être prises afin de remédier aux multiples problèmes de santé et de développement durable affectant le peuple Ogoni » a conclu Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE lors de la présentation du raport.

 

Un article publié par LesDemocrates

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : LesDemocrates

Source : lesdemocrates.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.