Nice - Grippe A/H1N1 : le plan de vaccination est prêt - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/10/2009 à 20h54 par Phil.


NICE - GRIPPE A/H1N1 : LE PLAN DE VACCINATION EST PRÊT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Nice - Grippe A/H1N1 : le plan de vaccination est prêt

Information recueillie par Phil'.

Les adultes que nous sommes ont assurément le pouvoir de dire non, de se rebeller ! Mais que nos enfants soient ignoblement pris en otage et se retrouvent vaccinés d'office sans rien comprendre à ce qui leur arrive, là je dis stop !

Il ne s'agit ni plus ni moins que d'un crime organisé tant nous connaissons déjà les effets dévastateurs des composants de ce vaccin, à commencer par la souche virale H5N1 (atténuée?) gentiment fournie par l'OMS à la firme pharmaceutique Baxter, laquelle livra ensuite 72 kg de matériel vaccinal contaminé sous un faux étiquetage à 16 laboratoires, déclenchant presque instantanément la "pandémie" que nous connaissons aujourd'hui.

De grâce, protégez vos enfants en écrivant aux établissements scolaires qui en ont la "garde" par lettre recommandée avec accusé de réception, au moyen d'un modèle mis à disposition ici, sur Terre Sacrée, afin de vous opposer à cette vaccination "forcée" dont vos petits protégés risquent d'en être les premières victimes!

Bon courage à toutes et à tous, il est temps de nous lever et de dire STOP !

La préfecture des A.-M. assure que tout est prêt pour vacciner l'ensemble de la population s'il le faut. Mais le dispositif peut être amené à évoluer.

Le défi est énorme. La préfecture des Alpes-Maritimes s'apprête à lancer le plus grand plan de vaccination jamais organisé.

En quatre mois, le département prévoit, en effet, de faire vacciner par vagues, toute la population du département contre la grippe A/H1N1. Soit un peu plus d'un million de personnes.

« On est en position, le dispositif est en place. Tout est calé, cadré », faisait savoir, hier, Bernard Musso, directeur de la défense et de la sécurité à la préfecture des Alpes-Maritimes.

Les vaccins en zone défense

Depuis des mois, la préfecture travaille à la mise au point du dispositif de vaccination et a mis en place un comité de pilotage qui se réunit au moins une fois par semaine.

« Mais ce dispositif évolue de jour en jour, en fonction des différents paramètres qui nous sont communiqués par le ministère.

Il y a des instructions, des contre-instructions.

Et nous n'avons toujours pas reçu le feu vert du ministère pour dévoiler la finalisation de ce dispositif », précisait, hier soir, le représentant de la Préfecture.

Et s'il reste encore quelques incertitudes, notamment sur le nombre et la localisation des sites de vaccination du département : 14 sites fixes identifiés pour l'instant, plus une dizaine d'équipes mobiles (voir par ailleurs).

Ce qui est certain en revanche, c'est que les vaccins sont déjà entreposés quelque part en lieu sûr. « Et qu'il n'y aura aucun souci de livraison, le moment venu », nous dit-on.

Mais y en aura-t-il assez pour tout le monde ? « Si l'ensemble de la population est, en effet, susceptible de se faire vacciner, on sait que tout le monde ne le fera pas », nous confie un interlocuteur.

Quand ?

Les premières vaccinations pourraient démarrer très vite. La préfecture évoque la date de fin octobre, s'agissant de la vaccination de la population générale, et un peu plus tôt en ce qui concerne les professionnels de santé (voir ci-dessous). La campagne de vaccination pourrait alors durer jusqu'en décembre-janvier.

La population devrait être avisée vraisemblablement très vite, par courrier : ainsi, chacun devrait recevoir un bon de vaccination adressé par la Caisse d'assurance-maladie.

À l'exception de certaines catégories de population, comme les écoliers et la communauté éducative du département.

Pour ces populations, le plan départemental prévoit, en effet, une vaccination, directement dans les établissements.

Prêt à assumer la gestion des flux

Contrairement à certains autres départements (le Var notamment) qui ont, d'ores et déjà, lancé un appel aux volontaires pour l'organisation de la vaccination de la population, la Préfecture des Alpes-Maritimes se dit « prête à assumer la gestion des flux, grâce à l'adhésion de l'ensemble des collectivités, SDIS, SAMU, DDASS, personnels des communes et représentants des différents ordres, médecins, pharmaciens et infirmiers ».

Chaque centre de vaccination fonctionnera avec une quinzaine de personnels, administratif et médical ; ce qui devrait suffire à la bonne marche du dispositif.

Mais la Préfecture n'exclut pas toutefois de faire appel à des effectifs supplémentaires en cas de besoin.