Phénomènes insolites de l'atmosphère terrestre : Le mystère éblouissant des étonnants orages verts

Nécrocarburants: essais de bactéries génétiquement modifiées - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/01/2010 à 16h26 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nécrocarburants: essais de bactéries génétiquement modifiées

Info sélectionnée par Lo

sur CleanTech republic

Des bactéries génétiquement modifiées pour produire du biocarburant

Malgré la controverse qu'ils suscitent, les biocarburants restent un sujet de recherche chez moults chercheurs. Lesquels s'efforcent de trouver de nouvelles voies plus efficaces de production des biocombustibles.

La voie choisie par Philippe Marlière, généticien et ancien chercheur à l'Institut Pasteur, est la voie métabolique. Et plus exactement la voie métabolique artificielle (par opposition à « naturelle »). Il a découvert qu'une bactérie aux gènes artificiellement modifiés pouvait produire des hydrocarbures.

Philippe Marlière explique à nos confrères de L'Express, qui publie un article sur sa découverte dans son dernier numéro, que son invention consiste à reprogrammer les gènes de micro-organismes afin de leur faire transformer les sucres contenus dans la biomasse (végétaux, paille, mélasse, déchets ménagers...) en molécules d'isobutène. L'isobutène étant un gaz à partir duquel il est aisé de produire du carburant (essence, gasoil, kérosène...).

Fort de sa trouvaille, le chercheur accepte de tenter l'aventure industrielle, poussé par Marc Delcourt, diplômé de l'Ecole Normale Supérieure, auteur d'une thèse sur la biologie moléculaire, et «serial entrepreneur» dans le domaine des biotechnologies. Le duo crée alors la société Global bioénergies, implantée dans la pépinière d'entreprises du Génopole d'Evry près de Paris.

Des travaux inspirés des activités enzymatiques naturelles

Au début de l'année 2009, les deux co-fondateurs parviennent à lever plusieurs millions d'euros auprès de la société de capital-risque Masseran Gestion, filiale de la Caisse d'Epargne. Une somme qui leur permet d'engager une série d'études complémentaires dans un objectif de validation du procédé.

C'est en octobre dernier que Global Bioenergies publie un communiqué enthousiaste résumé en ces termes : «Global Bioenergies annonce aujourd'hui avoir obtenu la preuve de concept d'une voie métabolique artificielle permettant la synthèse d'isobutène, un synthon pouvant être converti en carburants, en polymères et en plusieurs produits de commodités.»

Les recherches de Philippe Marlière s'inspirent des activités enzymatiques naturelles. Celles, par exemple, qui voient les bactéries présentes dans le fumier changer les matières organiques en méthane, ou les levures des viticulteurs qui transforment le sucre du raisin en alcool.

L'équipe de Philippe Marlière a cerné les enzymes produites par ces micro-organismes, analysé les processus chimiques de dégradation, et isolé les gènes correspondants. Les travaux de Global Bioenergies conduisent à engendrer des microbes à l'ADN reprogrammé, dont les enzymes digèrent la biomasse, tout en sécrétant de l'isobutène.

Parmi les quelque pionniers européens des «OGM à biocombustibles», «nous sommes les seuls à fabriquer des hydrocarbures sous forme de gaz», indique Marc Delcourt à L'Express. Maintenant, de la preuve de concept à la torchère d'isobutène, il faudra encore patienter quelques années.

Info complémentaire :
Il y a aussi une expérience similaire en cours aux USA avec la bactérie associée à la tuberculose...
la tuberculose, ce formidable biocarburant
Source:
Biofuel from TB Bacteria
US - A team of researchers at Massachusetts Institute of Technology are attempting to engineer biofuel-producing microbes from Rhodococcus bacteria — soil-dwelling microbes that eat a variety of toxic compounds.
Source: bioenergysite

NB: Bidouiller dans les gênes des enzymes et bactéries qui sont les micro-organismes à la base des fonctionnements métaboliques, n'est pas sans danger... La dissémination de ces micrOGM serait encore plus difficilement décelable que dans les végétaux, mais tout aussi irréversible!

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.