Nanotechnologies et médecine : une révolution annoncée - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/03/2010 à 18h45 par Jacques.


NANOTECHNOLOGIES ET MÉDECINE : UNE RÉVOLUTION ANNONCÉE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nanotechnologies et médecine : une révolution annoncée

Le monde des nanotechnologies offre des champs d'application d'une diversité folle. C'est notamment le cas au niveau médical.

La performance des soins, les possibilités de reconstruction et d'innovations médicamenteuses laissent entrevoir des perspectives spectaculaires. Mais se pose la question des limites à imposer, des barrières éthiques. Aujourd'hui, la nanomédecine avance.

Les résultats et les promesses sont au rendez-vous.

L'application des nanotechnologies au domaine médical est en phase de révolutionner la pratique des soins médicaux dans le monde entier. La cause principale de cette révolution, c'est la taille des outils construits, qui permet d'appréhender, de diagnostiquer et aussi de combattre la maladie. Tout cela avec une précision et une efficacité nouvelles.

Quels domaines de la médecine sont concernés par les nanotechnologies ?

Des recherches au niveau de la réparation tissulaire, de l'amélioration des facultés, figurent parmi les pistes explorées avec le plus grand sérieux et la perspective de résultats est insoupçonnable. Plus près de nous, les nanotechnologies donnent aux chercheurs des armes supplémentaires pour se battre contre les maladies, et bien sûr les cancers.

La recherche génomique, la bioinformatique et la conception rationnelle de médicaments assistée par ordinateur participent à la création de nouvelles classes thérapeutiques

Quelles sont les applications ?

A ce jour, plusieurs types d'applications de nanomédicaments existent ou sont envisagés : médicaments et agents actifs, surfaces adhésives médicales anti-allergènes, médicaments sur mesure délivrés uniquement à des organes précis...

D'ici à 2015, la National Science Foundation des États-Unis prédit que la nanotechnologie produira la moitié de la gamme des produits pharmaceutique. Mais ce n'est pas tout : les applications concernent aussi bien les appareils et moyens de diagnostic miniaturisés, les implants munis de revêtements améliorant la biocompatibilité et la bioactivité.

La thérapie génique offre également un large champ d'applications: nanovecteurs pour transfert de gènes, microchirurgie... Enfin, en ce qui concerne la médecine réparatrice, la recherche sur les nano-implants et les prothèses pourrait aboutir à des applications révolutionnaires.

Quels sont pour l'instant les résultats des recherches ?

Patrick Couvreur est directeur de l'unité « Physico-chimie, pharmacotechnie, biopharmacie » de Châtenay-Malabry. Spécialiste et passionné par les nanotechnologies depuis plus de 25 ans, il a notamment étudié la vectorisation des médicaments, via les nanotechnologies.

Il s'agit d'une technologie tout à fait nouvelle dans l'adressage des médicaments. Concrètement, l'association d'un médicament à une nanoparticule (le plus souvent un biopolymère issu de la chimie de synthèse) permet, grâce à des marqueurs spécifiques, d'adresser le médicament vers l'organe qui en a besoin. Autre exemple, au niveau du combat contre le cancer : l'utilisation des nanotechnologies permet de repérer plus précisément les tumeurs.

Dans ce cadre, l'utilisation d'outils puissants, tels que le microscope à effet tunnel (MET), le microscope à force atomique (MFA), l'avènement des biopuces, des biotransistors et de l'électronique moléculaire, ouvrent des voies nouvelles pour la mise au point de tests de diagnostic, et de puces implantées destinées à modifier certaines fonctions métaboliques ou à corriger des handicaps.

Quels types de nanoparticules sont utilisés pour la fabrication de médicaments ?

Reprenons l'exemple de l'adressage des protéïnes. Les nanoparticules utilisées ici ont une taille de 0,1 ou 0,2 microns, et sont préparées avec des produits biodégradables.

Les systèmes ainsi obtenus rentrent de manière assez profonde dans les tissus, compartiments cellulaires (et sub-cellulaires). Bien entendu, on doit avoir recourt à des biopolymères qui vont être biodégradés, pour éviter tous les problèmes de toxicité qui pourraient se poser par accumulation. Il existe deux types de systèmes nanoparticulaires qui vont permettre l'adressage moléculaire des médicaments :

* les systèmes réservoirs ou nanocapsules. Issus de la chimie de synthèse, ils vont en quelque sorte transporter le médicament directement sur le site d'action.

* Les systèmes matriciels, eux, sont issus de la chimie de synthèse. Ils forment un enchevêtrement de chaînes polymères et le médicament va être dispersé à l'état moléculaire dans cette matrice polymère. C'est en se dégradant que cette matrice va libérer le médicament sur le site d'action.

.../...

Quels sont les risques ?

Pour lire l'article en entier, cliquer sur "lien utile"


Source : .techniques-ingenieur.fr


Info sélectionnée par Jacques

Pour en savoir plus sur la situation planétaire