Nagoya mon amour... La nature est à vendre ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/10/2010 à 13h06 par Fred.


NAGOYA MON AMOUR... LA NATURE EST À VENDRE !

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nagoya mon amour... La nature est à vendre !


La dixième conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB) à Nagoya (Japon) s'est assignée pour finalité l'adoption d'un nouveau plan stratégique pour la période 2011-2020.

C'EST DEPUIS L'ENFER URBAIN DE NAGOYA QUE LES CHIFFONNIERS DOMINANTS SE DISPUTENT NOTRE BIOPATRIMOINE MONDIAL, C'EST D'ICI QUE LES BANKSTERS PHAGOCYTENT NOTRE VIVANT

À Nagoya on parle beaucoup plus d'économie que d'écologie... (...)

Faisons-leur confiance, le WWF veille au grain : au royaume des faux-culs l'écologisme de pacotille est roi.

C'est donc de cette mégapole contre-nature (y'a pas photo !) que les maîtres-chiffonniers qui nous tiennent en laisse se disputent ce bien collectif qu'est notre diversité botanique et faunistique, tant quantitative que qualitative.

Autant le dire tout de suite : ces gens-là n'y connaissent rien et sont possédés par une réelle détestation de la vie sauvage.

L'instant de la curée finale est advenue, c'est l'hallali, ils tirent des plans sur la comète, l'obsession majeure des équarisseurs en congrès étant de dépecer Gaia (...)

Nous sommes entrés de plain-pied dans la 6e crise d'extinction massive d'espèces, la première par la seule faute de l'homme. (...)

Cette disparition galopante des espèces et un épuisement des ressources déjà très engagé n'incombent qu'au capitalisme en vigueur et au socialisme industrialiste qui en est solidaire.

Pour enrayer l'hémorragie, il eut semblé plus réaliste de confier un tel dossier à un comité des sages, plutôt qu'au lobby d'une mafia d'économistes à la solde du système coupable. (...)

Précision : l'avis d'un écologisme dit radical est-il vraiment décalé ?

Comment peut-on taxer de radical celui qui est aux petits soins avec le Vivant et montrer tant d'indulgence, voire de compromission à l'égard de l'exterminateur qui met tout en oeuvre pour un écocide final des écosystèmes et de leurs hôtes.

Oui, oui, je sais, l'économie, les emplois, le pouvoir d'achat !

Donc, tout doit disparaître à ce titre.

Alors vivons un présent sans devenir, niquons en beauté les générations futures.

Tandis que la clôture approche, les représentants des 193 pays réunis ont fait peu de progrès.

Il y aurait comme un hiatus entre les pays les plus riches en biodiversité, ceux en voie de développement et que l'Occident voudrait continuer à piller, à appauvrir, à asservir, et les pays développés, nantis mais vidés depuis belle lurette de leur cortège originel d'espèces endémiques et précieuses. (...)

L'Union européenne a notamment pour ambition de chiffrer le coût que fait peser à terme sur l'économie mondiale l'absence de politique ambitieuse de protection de la biodiversité.

C'est une idée comme une autre.

Chargé de cette mission comptable, l'économiste indien Pavan Sukhdev a présenté mercredi dernier à Nagoya les conclusions de son étude intitulée « Économie de la biodiversité et des services écosystémiques », laquelle étude évalue en fric sonnant et trébuchant les espèces chaque jour perdues.

Voilà bien une méthode suffisamment laide et lourdingue pour réconcilier les économistes avec les forêts et les bestioles ! (...)

En ôtant toute approche spirituelle, immatérielle, contemplative et respectueuse de la Nature, en la valorisant prosaïquement et économiquement, celle-ci ne sera plus qu'un produit marchand. (...)

La vile domestication nous a permis la traite des espèces comestibles ou de compagnie :

Combien le kilogramme de côtelettes de ce doux agneau ?
Combien ce petit chien dans la vitrine ?

Une fois quottée, tarifée, la Nature sauvage se retrouvera domestiquée et négociable en tranches.

Nous écartant chaque fois plus du mystère et du panthéon animiste, nous démolirons, nous déconstruirons, nous épuiserons. (...)

Il semble bien que la néantisation du Vivant corresponde à une demande consensuelle de presque 7 milliards de Terriens.

Qui ne dit mot consent.

À nos escrocs, l'humanité reconnaissante

(...)

Le tour est joué, les bourreaux de la Nature seront ses secouristes, les empoisonneurs sont déjà nos médecins.

Je ne me sens pas apte à continuer à vivre sur une Terre que l'on détruit sur justification tarifaire.

Cette quête du profit se heurte à celle pour la vie.
La vie n'a pas de prix.
Le compte à rebours est désormais trop avancé pour être acceptable. (...)

Je suis naturaliste par passion depuis mon plus jeune âge et bien sûr je n'ai rien compris. Expliquez-moi...

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Source"

Découvrez Une nouvelle Humanité!
 
 
Devenez lanceur d'alertes
 
 
SOS-planete, le site géant! ... Etat de santé réel de la planète






Auteur : Michel Tarrier

Source : www.notre-planete.info