Olivier Véran, Ministre de la Santé, fait un méchant burnout et chasse les députés de l'Assemblée !

Monsanto prend les rênes de l'agriculture du Rajasthan - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/10/2010 à 22h45 par Jacques.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail

L'avenir ne s'annonce pas rose pour le Rajasthan, dont les régions qualifiées de semi-arides ne vont pas tarder à devenir totalement sèches et stériles. La culture de plantes transgéniques exigeant un arrosage abondant sera impunément encouragée là où l'eau constitue une denrée rare.

En effet, le Rajasthan a invité Monsanto à semer ses graines dévastatrices. En matière d'agriculture, la région indienne a passé les rênes au géant de la semence transgénique, et par là même perdu le contrôle de sa sécurité alimentaire.

Le Rajasthan, premier Monsantoland

Monsanto a conclu avec le gouvernement râjasthâni un accord confidentiel de partenariat public-privé en vue de développer et de commercialiser des semences transgéniques non seulement de maïs et de coton, mais aussi de piments, de tomates, de choux, de concombres, de choux-fleurs et de pastèques.

Le document a été signé en juillet 2010 au nom du gouvernement par le Département de l'agriculture, le Département de l'horticulture, l'Université d'agriculture Swami Keshavanand du Rajasthan, l'Université d'agriculture et de technologie Maharana Pratap et l'Université des sciences vétérinaires et animales du Rajasthan.

Une copie de l'accord a été obtenue sur la base du droit à l'information.

En voyant Monsanto non seulement prendre les rênes de la production et la distribution des semences, mais également obtenir le feu vert pour utiliser les services de recherche et de développement de l'Etat, des universités et du Krishi Vigyan Kendras (centre de sciences de l'agriculture) afin de promouvoir les technologies agricoles, on est en droit de se demander quel rôle et quelles tâches sont laissés aux universités.

Si ces institutions ne sont plus que de simples agences exécutives asservies à la plus grosse multinationale dans le domaine des semences, pourquoi ne pas les fermer tout de suite et éviter de gaspiller l'argent public?

Pourquoi les contribuables doivent-ils supporter les coûts de services qui permettent à cette entreprise privée d'augmenter ses bénéfices?

L'un des objectifs poursuivis par le gouvernement du Rajasthan est de soutenir l'économie agricole en soutenant les cultures rentables pour les agriculteurs afin d'augmenter les bénéfices.

Pour ce faire, il a promis de mettre en oeuvre des politiques et des programmes destinés à encourager la multiplication et la distribution de semences.

En plus de ses activités de production et de conditionnement des semences, Monsanto se chargera, contre rémunération, de développer son matériel génétique breveté en collaboration avec les universités.

Les deux partenaires -- Monsanto et le gouvernement du Rajasthan – réaliseront des études de faisabilité et des évaluations pour garantir que les semences transgéniques s'inscrivent dans la chaîne de valeur des semences.

Monsanto identifiera, selon ses propres intérêts, quelles semences doivent être utilisées, et considérera la signature comme une convention sur des licences réciproques avec les universités agricoles et les ministères concernés.

Pour faire passer la production de coton à la vitesse supérieure, l'entreprise s'est engagée à fournir des moissonneuses qu'elle mettra gracieusement à disposition des universités. Elle offrira également des stages destinés aux étudiants.

L'accord conclu avec le gouvernement comprend une liste détaillée sur laquelle figurent bien d'autres activités.

.../...

Les cultures d'OGM consomment environs 1,5 fois plus d'eau que les variétés à croissance rapide et nécessitent de plus grandes quantités d'engrais et de pesticides.

A une époque où le problème de la durabilité de l'agriculture est reconnu en Inde comme dans le reste du monde, on ne peut comprendre la logique qui amène à introduire à large échelle des semences transgéniques de maïs, de coton et de diverses plantes alimentaires.

À quoi bon mener une révolution verte dans les régions du nord-est du pays si la ceinture nord-ouest est rendue impropre à la culture vivrière?

Le bon sens dit que dans des régions arides, il convient de cultiver des plantes peu exigeantes en eau. Or, manifestement, le bon sens est jeté aux oubliettes lorsqu'il s'agit de développer des technologies agricoles appropriées.

Qui peut justifier les cultures d'OGM dans des régions présentant un déficit hydrique? Pourquoi le gouvernement du Rajasthan s'obstine-t-il/se montre-t-il aussi déterminé à détruire l'agriculture des régions semi-arides?

Pour lire l'article en entier, cliquez sur "source de l'actualité"

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

.
.

Devenez lanceur d'alertes

Auteur : Devinder Sharma Traduit par Chloé Meier Edité par Michèle Mialane

Source : www.tlaxcala-int.org

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Jacques
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.