Mobilisation pour les semences de ferme - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/11/2011 à 20h53 par Mich.


MOBILISATION POUR LES SEMENCES DE FERME

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Mobilisation pour les semences de ferme

 

C'est un problème qui concerne les agriculteurs bien sûr, mais ça concerne aussi tous les citoyens. Car on touche à l'alimentation de tous.» Depuis plusieurs semaines, le réseau Semences paysannes, dont fait partie la Confédération paysanne, multiplie les actions: interventions auprès des députés, journées de débats en Maine-et-Loire, audition auprès de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale...

Le tout pour défendre les semences de ferme, menacées selon la Confédération paysanne par le projet de loi qui a été examiné hier.

«Cette loi, disent en choeur les responsables du syndicat, prévoit le triplement de l'actuelle redevance blé tendre, qui atteindrait 10 euros par hectare, son extension aux vingt et une espèces pour lesquelles les semences de ferme sont autorisées, l'extension de cette redevance baptisée CVO [Contribution volontaire obligatoire] aux éleveurs qui cultivent pour nourrir leurs animaux.

Et pour voter ça, les députés ont été convoqués il y a à peine une semaine. C'est un véritable passage en force», décrit Jean-Luc Manguy. Ce que Jérôme Lambert, le député charentais, n'est pas loin de penser. Hier soir, à Confolens, il s'est vu remettre symboliquement par les responsables de la Confédération paysanne un sac de semences céréalières.

«En fait, les lobbies céréaliers ont des relais partout», estiment les gens de la Confédération paysanne, qui n'apprécient pas du tout que la nouvelle redevance procède d'une proposition du président du syndicat concurrent, la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), «au nom, dit-il, de l'équité entre producteurs».

«À la vérité, assure Nicolas Wisser, agriculteur et maire de Bioussac, cette contribution va servir à financer la recherche privée, celle des Monsanto, des Bayer et autres. Et en rien la recherche nationale.»

 

Un article de charentelibre.fr

 


Afficher la Source

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : charentelibre.fr