Mieux vaut aider une fois 100 personnes, que 100 fois une personne - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/06/2013 à 14h12 par kannie.


MIEUX VAUT AIDER UNE FOIS 100 PERSONNES, QUE 100 FOIS UNE PERSONNE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Mieux vaut aider une fois 100 personnes, que 100 fois une personne

 

Nous ne sommes pas tous égaux devant la réputation sociale. La réputation positive ou négative est devenue un enjeu économique ou même politique. Les sites web de commerce travaillent sur leur réputation positive de bons dealers. Les personnalités publiques sont, elles aussi, très sensibles à l'image qu'elles renvoient.

Les anthropologistes de l'Université du Missouri ont essayé de déterminer quelle technique était la plus efficace pour avoir un bon statut social, dans des cas bien précis.

Prenons l'exemple de ces richissimes philanthropes qui distribuent leurs dons à des oeuvres caritatives. Quelle est la façon la plus efficace pour se faire une bonne réputation ? Comment bien distribuer son argent, pour capter la lumière qui va avec ? Si ce problème n'est pas courant en France, on note que la culture américaine encourage ce comportement altruiste servant l'ego des personnalités en vue.

Les anthropologistes ont dû trouver une situation permettant une étude sans présenter trop de biais. Ils ont choisi un village isolé sur une île. Le lieu de l'étude se trouve dans les Caraïbes sur l'île de la Dominique.

Sur cette île, particulièrement dans le village isolé de l'étude, les hommes participent tous à la production locale : l'huile de baie de laurier. Cette huile est extraite des feuilles de l'arbre et sert notamment dans l'industrie cosmétique. Sa production exige un travail important et fastidieux, chaque homme a besoin de l'aide de ses congénères pour accomplir cette tâche.

Les chercheurs ont noté des différences importantes chez ses travailleurs. Certains n'avaient aucun mal à trouver des gens pour les aider alors que d'autres avaient du mal à mobiliser des volontaires pour leur donner un coup de main. La seule différence entre ces deux groupes était leur réputation, telle personne était bien vue du groupe et se trouvait facilement aidée, telle autre était moins bien vue et avait des difficultés à se faire aider.

 

 

Les chercheurs ont alors essayé de déterminer ce qui faisait la différence entre ces deux groupes d'hommes. Ce n'était pas le travail de chacun des hommes. La tâche accomplie par chaque homme qu'ils soient populaires ou non était équivalente. Il apparait que leur capacité à mobiliser facilement des personnes pour les aider est liée à leur propre technique d'aide.

Le fait d'aider beaucoup de personnes élève considérablement la réputation positive d'un homme, même si, au final, l'aide est plus faible pour chacun d'entre eux.

Au sein du village, ce principe est valable pour la production d'essence de laurier, mais aussi pour la mobilisation après une catastrophe naturelle, comme les tempêtes.

Les études précédentes sur la propagation et la gestion de la réputation se sont basées sur des modèles numériques qui ne prenaient pas en compte la répartition des actions des donateurs ou des aidants.

En tout cas, si vous avez un million devant vous, sachez que pour un bel impact, il vaut mieux distribuer 100 000 à 10 oeuvres caritatives que 1 million à une seule.

 

 

Un article de Gardenisto, publié par sur-la-toile.com et relayé par SOS-planete

 

 

Boycotter Monsanto en famille cet été ? Un jeu d'enfant : voici les marques...

Cet été, retrouvez toute l'actualité de SOS-planete sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Vendredi, 8220 visiteurs

 





Auteur : Gardenisto

Source : www.sur-la-toile.com