Un Univers parfait? Quel ennui! Avec la Création ont ainsi été faits des créateurs: NOUS! La faille?

Midi-Pyrénées : Sur les traces de l'ours de la discorde - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/05/2011 à 11h44 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Midi-Pyrénées : Sur les traces de l'ours de la discorde

 
Alors que les associations anti-ours sont en colère, une étude est menée pour déterminer l'avenir du plantigrade dans les Pyrénées.

L'Addip, une des associations opposées à la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées, vient de prévenir : « Sous-estimer la colère des Pyrénéens serait une erreur politique majeure », a-t-elle lancé à l'intention de la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Cette dernière planche en ce moment même sur l'éventualité d'un nouveau lâcher de plantigrade, probablement avant l'été, dans le massif montagneux. Car au nom de la bio-diversité, le gouvernement s'est engagé à assurer la survie de l'ours brun dans les Pyrénées.

Prudente, Nathalie Kociusko-Morizet, attend de son côté un avis du Conseil national de protection de la nature avant de donner son aval. L'Addip pense que la ministre donnera sa position le 23 mai sur cette question sensible.

Si délicate qu'une étude est actuellement menée par une équipe chargée du suivi de l'ours pour traquer les moindres faits et gestes de l'emblème local. L'animal étant très rarement observable, il faut partir à la chasse aux indices.

Inspection des arbres piégés à la térébenthine sur lesquels l'ours aime à se frotter, installation de fils barbelés autour d'appâts à base de flacons de sang de boeuf et de sardines écrasées : tout est bon pour récupérer des poils qui serviront à déterminer les profils génétiques, la filiation et le sexe des individus.

« L'idée, explique Jérôme Sentilles, technicien de l'équipe ours de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), c'est de fournir à l'Etat des données techniques sur l'état de la population. » A charge pour lui de décider de la politique à suivre et en particulier de réintroduire ou non de nouveaux spécimens. En 2010, l'équipe avait détecté la présence d'au moins 19 ours dans le massif, dont 17 côté français.

Sang neuf

Outre la discrétion du plantigrade, la principale difficulté est que son aire de répartition couvre une superficie de 6.300 km2, dont près de 4.000 côté français. Six personnes sont donc mobilisées pour quadriller la zone. Leurs observations seront transmises au Conseil national de protection de la nature qui devra rendre son avis. Ensuite, ce sera Nathalie Kosciusko-Morizet de trancher.

Si sa décision penche en faveur du oui, ce sera une femelle d'origine slovène qui sera réintroduite. Du sang neuf pour une population menacée par la consanguinité : Pyros, mâle dominant lâché en 1997, est le père de 17 des 24 oursons nés depuis, voire aussi le grand-père de certains. C'est dire !

Mais rien n'est encore joué. Le neuvième lâcher d'ours n'est même pas encore décidé qu'il ranime déjà les vieilles querelles. La question divise les Pyrénéens depuis trente ans.

 

Un article de Romain Bourg, publié par FranceSoir

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : Romain Bourg

Source : www.francesoir.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.