Meurtres des citoyens en Tunisie - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/01/2011 à 14h20 par Mich.


MEURTRES DES CITOYENS EN TUNISIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Meurtres des citoyens en Tunisie

Titre original : La Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l'Homme dénonce avec la plus grande fermeté le meurtre des citoyens et appelle à un cessez-le-feu immédiat

La Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l'Homme suit avec préoccupation et consternation le meurtre d'un certain nombre de citoyens dans les villes de Tala et Kasserine par les forces de l'ordre qui ont assiégé les deux villes et tiré sur les manifestants civils.

La Ligue a été informée par des sources concordantes qu'il y a eu quatorze morts jusqu'à dimanche 9 janvier 2011 à midi. Des sources syndicales et associatives de la région disent que le nombre de tués par balles est bien plus élevé et que d'autres ont été grièvement blessés.

Les mêmes sources affirment que l'armée cerne les deux villes depuis la veille mais les manifestations n'ont pas cessé et se sont transformées au cours de la nuit en de violentes confrontations lorsque les forces de l'ordre ont procédé à des perquisitions et ont arrêté des citoyens.

La Ligue a également appris qu'aujourd'hui, dans la ville de Rgueb du Gouvernorat de Sidi Bouzid , des affrontements violents entre forces de l'ordre faisant usage de leurs armes à balles réelles et population auraient fait cinq victimes et plusieurs blessés.

Dans ses communiqués précédents, la Ligue avait mis en garde contre d'éventuels développements graves de la situation dûs aux atteintes au droit de rassemblement et de manifestation pacifiques sur la voie publique.

A ce droit, les autorités ont opposé leur solution sécuritaire et l'usage de la violence dès le déclenchement des événements. La Ligue avait appelé les autorités à privilégier la voie de la négociation avec les représentants des contestataires et toutes les autres parties.

Mettant en garde les autorités que l'usage des balles réelles contre les civils manifestant pacifiquement est sanctionné aussi bien par le droit tunisien et internatinal, le Comité Directeur de la LTDH appelle avec insistance les autorités à :

1. Mettre immédiatement fin à cette escalade policière, renvoyer l'armée dans ses casernes et renoncer à l'usage des balles réelles contre les civils quelles qu'en soient les raisons.

2. Respecter le droit de rassemblement et de manifestation pacifiques et lever le blocus qui accable les composantes de la Société Civile pour qu'elles puissent encadrer les mouvements de contestation et prévenir tout glissement vers la violence.

3. Mener un dialogue sérieux avec les représentants des contestataires et toutes les parties concernées en vue de débattre de toutes les questions politiques et sociales sans tabous afin d'aboutir à des solutions urgentes garantissant le droit au travail et l'égalité entre les régions en matière de développement et de participation citoyenne dans la conception et l'exécution des solutions aux problèmes du pays.

4. diligenter rapidement une enquête indépendante pour déterminer les responsabilités dans le meurtre de civils par balles réelles tant au niveau du commandement que de l'exécution.

5. Libérer tous ceux qui ont été arrêtes au cours des événements.

Le 9 janvier 2011

Pour le Comité Directeur

Le Président

Mokhtar Trifi

N.O.M. : le Nouvel Ordre Mondial

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE!

Deviens vite lanceur d'alerte

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : Le Grand soir/La Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l'Homme

Source : www.legrandsoir.info