Mettre fin à l'exploitation des sables bitumineux - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/04/2010 à 23h58 par Michel WALTER.


METTRE FIN À L'EXPLOITATION DES SABLES BITUMINEUX

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Mettre fin à l'exploitation des sables bitumineux

Greenpeace demande aux gouvernements et aux compagnies pétrolières de mettre fin à l'exploitation des sables bitumineux en Alberta.. Cette industrie engendre la première source de croissance des émissions de gaz à effet de serre au Canada.

Les efforts mêmes insuffisants de réduction de GES entamés par une province comme le Québec risquent d'être totalement sapés si de tels projets se poursuivent.

Enfoui sous les forêts du nord d'Alberta, le bitume ne prend la forme de pétrole qu'après une série de transformations extrêmement coûteuses, énergivores et polluantes.

Au-delà du fait qu'elle contribue à l'accélération des changements climatiques, l'exploitation des sables bitumineux conduit à une catastrophe écologique, entraînant la dégradation des sols, la destruction des forêts et un gaspillage considérable des ressources en eau.

À ce terrible bilan s'ajoute l'apparition anormalement élevée de cas de cancers rares et maladies auto-immunes au sein des peuples des Premières Nations d'Alberta établis en aval des exploitations. Le bitume est constitué d'hydrocarbures aromatiques polycycliques, une source connue d'agent cancérigène.

Á l'heure où les changements climatiques grandissants intiment aux pays industrialisés de réduire drastiquement leurs émissions, l'exploitation des sables bitumineux au pays est une aberration.

Le pétrole d'Alberta est le plus « sale » au monde. Il constitue une menace pour l'environnement mondial et n'a pas sa place dans la construction d'un avenir basé sur les énergies propres.

Situé à des milliers de kilomètres de là, le Québec n'est pourtant pas à l'abri du pétrole sale. Les compagnies Enbridge et Pipelines Montréal ont pour ambition d'acheminer 200 000 barils de pétrole par jour issu des sables bitumimeux de l'ouest du Canada vers Portland aux Etats-Unis en passant par le Québec. Ce projet est connu sous le nom de Trailbreaker.

Greenpeace oeuvre pour mettre fin à l'exploitation des sables bitumineux en menant les actions suivantes :

* Faire pression sur les gouvernements: Les gouvernements d'Alberta et du Canada encouragent le développement des sables bitumineux et ignorent les engagements internationaux de réduction des GES. Au moyen d'actions directes, nous attirons l'attention internationale sur cette catastrophe climatique.

* Informer les actionnaires: Nous rencontrons les actionnaires des compagnies pétrolières pour discuter des risques dus aux investissements liés aux sables bitumineux.

* Travailler en collaboration avec les communautés affectées: Nous soutenons et travaillons en étroite collaboration avec les communautés directement impactées par les sables bitumineux, notamment les Premières Nations d'Alberta.

Source : www.greenpeace.org

Info retenue par Mich

SOS-planete