MEDICAMENTS : L'OMS s'attaque à la CORRUPTION «PHARMACEUTIQUE» - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/12/2009 à 21h47 par Jacques.


MEDICAMENTS : L'OMS S'ATTAQUE À LA CORRUPTION «PHARMACEUTIQUE»

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
MEDICAMENTS : L'OMS s'attaque à la CORRUPTION «PHARMACEUTIQUE»

Info sélectionnée par Jacques

Évidemment, ces trafics sont intollérables. En même temps, il arrive même que lorsqu'ils sont officiellement fabriqués et autorisés, ils peuvent être dangereux, mais dans ce cas les laboratoires officiels sont couverts par l'immunité ! Suivez mon regard...

Chaque année, plus de 4 trilliards de dollars sont dépensés dans le monde sur les services de santé dont 750 milliards de dollars dans le marché pharmaceutique. L'OMS a décidé de s'attaquer à la corruption « du médicament », avec en particulier, l'initiative Good Governance for Medicines (GGM) qui soutient les pays en développement à lutter contre la corruption pharmaceutique.

10 à 25% des dépenses de marchés publics (y compris sur les produits pharmaceutiques) fait l'objet de pratiques corrompues. Dans les pays développés, la fraude et les abus ont été estimés à 23 milliards par an et pourtant le manque de médicaments et la circulation des médicaments contrefaits et de qualité inférieure ont des conséquences directes en termes de décès.

Le trafic de « faux médicaments » qui ne respectent pas les exigences d'efficacité et de sécurité exigées pour obtenir l'autorisation de mise sur le marché délivrée par une autorité sanitaire est dangereux pour la santé des populations. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) précise qu'ils « sont étiquetés frauduleusement de manière délibérée pour en dissimuler la nature et/ ou la source ».

La contrefaçon touche surtout les pays en développement et les Etats-Unis, 6% du marché mondial, selon l'OMS, 10% selon la FDA (Food and Drug Administration). Ce trafic en forte augmentation, représente des sommes comparables au trafic de la drogue, soit en 2010, 75 milliards de dollars.

La chaîne de développement et de fabrication des médicaments se réfère à des étapes nécessaires à la création, la réglementation, la gestion et la consommation de produits pharmaceutiques.

La corruption dans le secteur pharmaceutique intervient à tous les stades de la chaîne pharmaceutique, rappelle l'OMS : Falsification de preuves, mauvaise gestion des conflits d'intérêts, corruption. La figure illustre les nombreuses étapes de la production pharmaceutique et quelques exemples de pratiques déloyales (Voir aussi lien GGM ci-dessous).

Des facteurs spécifiques contribuent à la corruption pharmaceutique, comme le montant des dépenses de marchés publics (10 à 25% des fonds sont détournés), le nombre d'intermédiaires entre le fabricant et le patient, le grand nombre d'étapes dans la chaîne pharmaceutique, la peur de la victimisation et des représailles en cas de dénonciation, l'absence ou les déficiences de réglementation ou d'application des lois dans le pays.

L'OMS indique que même certaines formes de corruption ont été institutionnalisées au point où les gens se sentent impuissants à influencer un changement dans leurs pays.

Les 3 conséquences de la corruption :

-Une moindre disponibilité des médicaments dans les établissements de santé en raison des détournements de médicaments.

-Un prorata important des ressources de santé publique détourné estimé jusqu'à 23 milliards de dollars par an et jusqu'à 89% dans les pays en développement.

-La perte de confiance de la population et des donateurs dans les institutions publiques.

L'OMS recommande donc un contrôle resserré à chaque étape de la chaîne pharmaceutique et s'engage à réduire la corruption dans la chaîne pharmaceutique grâce à l'initiative de « bonne gouvernance pour les médicaments» (GGM), lancée en 2004.

GGM fournit un appui concret aux pays pour freiner la corruption en 3 étapes d'évaluation de leur vulnérabilité à la corruption, et en les aidant à élaborer et mettre en oeuvre des programmes spécifiques pour maintenir la santé de l'efficacité des systèmes de soins qui ne soient pas compromis par la corruption.

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........