MASSACRE : Cri d'alarme pour les grands singes - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/10/2011 à 00h13 par Mich.


MASSACRE : CRI D'ALARME POUR LES GRANDS SINGES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
MASSACRE : Cri d'alarme pour les grands singes

 

Les primates sont plus que jamais menacés par la destruction de la forêt tropicale. Des scientifiques se mobilisent les grands chimpanzés sont en sursis.

«Quand je vois le regard d'«Olivia», une mère chimpanzé, et quand j'entends les bulldozers dans la forêt, je ne peux pas rester sans rien faire!» Primatologue de renom, Christophe Boesh se bat donc, depuis des années, pour «Olivia» et ses trois filles, et pour tous ces autres grands singes, qui nous ressemblent tant, menacés par le massacre de la forêt tropicale – 142 km2 disparaissent chaque jour.

Un véritable «écocide», accuse-t-il. Autrement dit, un crime perpétué contre l'environnement. Car la disparition des gorilles, orangs-outans, chimpanzés et bonobos n'est pas qu'un drame en soi. Elle est également un indicateur de l'avenir de la planète. «Tout est lié, souligne Christophe Boesh. Lorsqu'il n'y a plus de forêt, le sol s'érode, le désert s'installe, toute plantation devient impossible. Et, à terme, c'est la vie humaine qui est menacée.»

Un manifeste coup-de-poing

Il y a quatre ans, avec une centaine de primatologues du monde entier, il signe un «Manifeste pour les grands singes et la nature», demandant aux gouvernements et aux instances internationales de sauvegarder et protéger les primates, ces «cousins» emblématiques de l'homme. Aujourd'hui et 26 000 signatures plus tard, rien n'a changé.

Afin de remettre la compresse, le primatologue vient de publier avec deux autres scientifiques – Emmanuelle Grundmann et Blaise Mulhauser – un nouveau Manifeste coup-de-poing, sous forme de livre*. Chapitre après chapitre, les spécialistes font l'inventaire des menaces qui planent sur ces grands singes: commerce de bois, huile de palme, braconnage. Sans oublier le rôle des gouvernements. On ressort de ce petit ouvrage secoué, après avoir suivi à la trace ces êtres si proches du nous, en sursis.

Toutefois, tout n'est pas désespéré! «Il est encore temps de stopper ce massacre, assure Christophe Boesh. Et chacun d'entre nous peut y contribuer, notamment en boycottant le bois et le papier qui ne sont pas certifiés FSC.» Un label qui garantit la traçabilité des produits forestiers et qui implique que les forestiers exploitent le bois de manière durable.

«Les électeurs doivent influencer les politiciens, clame-t-il. De nombreux gouvernements, dont celui de la Suisse, sont coupables de complicité d'«écocide», en n'ayant aucune loi n'interdisant l'exportation du bois illégal, c'est-à-dire qui est volé dans la forêt tropicale. Il est urgent que cela change!»

 

Un article de Pascale Bieri, publié par lematin.ch

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Pascale Bieri

Source : www.lematin.ch