Marée noire: plus de 4 millions de barils dans le Golfe du Mexique - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/09/2010 à 14h25 par Tanka.


MARÉE NOIRE: PLUS DE 4 MILLIONS DE BARILS DANS LE GOLFE DU MEXIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Marée noire: plus de 4 millions de barils dans le Golfe du Mexique

Marée noire: plus de 4 millions de barils de pétrole dans le Golfe du Mexique

Comment mesurer la quantité de pétrole échappée dans le Golfe du Mexique? Le pétrole s'échappant d'un puits de forage sous-marin, à 1.500 mètres sous les flots, il a fallu mettre au point rapidement de nouvelles méthodes pour estimer la quantité de pétrole. Une équipe de la Columbia University (NY, EU) publie sa méthode et ses résultats aujourd'hui dans la revue Science.

4,4 millions de barils auraient pollué le Golfe du Mexique suite à l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon, selon Thimoty Crone et ses collaborateurs. Cela équivaut à environ 585.000 tonnes de brut, contre 38.800 tonnes pour l'Exxon Valdez. Aux États-Unis les chiffres de cette marée noire qui toucha l'Alaska en 1989 sont cependant discutés, la fourchette haute des estimations allant jusqu'à environ 100.000 tonnes. En 1978 l'Amoco Cadiz a déversé 227.000 tonnes sur les côtes du Finistère.

Vidéos haute résolution

L'équipe de Thimoty Crone a utilisé une méthode de vélocimétrie optique pour mesurer le débit des flots de brut sortant de la tête de puits endommagée. Développée pour étudier les panaches qui s'échappent des sources hydrothermales situées sur le plancher océanique, leur méthode est basée sur l'analyse d'images vidéo haute résolution. Le mouvement du panache est décomposé pixel par pixel. Pour cette étude les chercheurs ont eu accès à quelques séquences vidéo du puits de Deepwater. Certaines images n'avaient pas la résolution nécessaire pour être incluses dans leur analyse.

D'après leurs calculs, il est sorti 56.000 barils par jour du 22 avril au 3 juin, puis 68.000 barils/jour du 3 juin au 15 juillet. Le 3 juin, la conduite qui reliait le puits à la plateforme (le ‘riser') est coupé au niveau de la tête de puits afin de faciliter la pose d'une chambre de confinement et la récupération du pétrole via un autre tuyau. Les chercheurs n'en concluent pas pour autant à une augmentation du flux après la découpe du riser, car des fuites de pétrole autour du puits n'ont pas été prises en compte avant le 3 juin. Les chiffres sont donc sans doute sous-estimés, précisent Crone et ses collègues.

En enlevant les 804.877 barils collectés par BP grâce au système de dérivation mis en place, les chercheurs arrivent à un total de 4,4 millions de barils répandus sous la mer entre le 22 avril et le 15 juillet, date de colmatage de la fuite. La fermeture officielle et définitive du puits n'est intervenue que le 19 septembre.

Estimations à la hausse

Il a fallu attendre plusieurs semaines après l'explosion sur la plateforme pétrolière Deepwater Horizon le 20 avril, pour que les premières estimations sérieuses du flux de brut soient données. BP avait d'abord parlé d'un flux de 1.000 barils par jour. La NOAA (Agence fédérale des océans et de l'atmosphère) a ensuite parlé de 1.000 à 13.000 barils par jour mais ces chiffres ont été rapidement contestés.

Le gouvernement américain a mandaté un groupe d'experts (Flow Rate Technical Group, FTRG) pour réaliser une estimation. Ces experts ont testé plusieurs méthodes différentes - mesures infrarouges aériennes, analyse des vidéos sous-marines, estimation à partir de la quantité de pétrole récupérée. Après avoir revu leurs chiffres à la hausse, ces experts aboutissent à un total de 4,1 millions de barils, ce qui est proche du résultat de Crone.

D'autres équipes se sont attaquées au problème avec d'autres méthodes, optique ou acoustique, et devraient à leur tour publier des résultats.

SOS-planete





Auteur : Cécile Dumas

Source : www.sciencesetavenir.fr