Marée noire : Obama triple les effectifs - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/05/2010 à 16h16 par Tanka.


MARÉE NOIRE : OBAMA TRIPLE LES EFFECTIFS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Marée noire : Obama triple les effectifs

A son arrivée en Louisiane vendredi, Barack Obama a assuré aux habitants des régions touchées par la marée noire dans le golfe du Mexique qu'ils ne seraient pas laissés à l'abandon. Accusé de laxisme, le président américain a défendu la gestion de la catastrophe par son administration.

«A un moment, les caméras vont partir. Les médias se lasseront peut-être du sujet. Mais pas nous», a-t-il assuré, promettant de rester «chaque jour, jusqu'à ce que la fuite soit stoppée, jusqu'à ce que la côte soit nettoyée, et jusqu'à ce que vos communautés soient remises sur pied».

Le président américain a aussi ordonné un triplement des effectifs déployés dans les régions déjà touchées ou risquant de l'être dans les prochaines 24 heures. Cinq semaines après l'explosion et le naufrage d'une plateforme pétrolière exploitée par le groupe BP, à 80 km des côtes de Louisiane, de nouvelles estimations indiquent que 70 à 110 millions de litres de brut se seraient écoulés dans le golfe.

48 heures pour être fixé sur le colmatage

Vendredi, le groupe BP a déclaré que le résultat de l'opération destinée à colmater la fuite du puits de pétrole ne serait pas connu avant au moins 48 heures. Lancée mercredi par le géant pétrolier, l'opération «top kill» est en effet risquée.

Des débris ont été injectés dans le puits de pétrole pour boucher la fuite. L'injection à haute pression de ces débris complète l'envoi, dans le puits, d'une solution faite d'eau et de matières solides, avant que le puits soit scellé. Selon le directeur général de BP, Tony Hayward, les opérations se sont bien passées jusqu'ici. «Manifestement, lorsque nous injectons de la boue, il n'y a pas de pétrole ni de gaz qui se déversent dans la mer», a-t-il expliqué sur CNN.

De son côté, le commandant des garde-côtes, l'amiral Thad Allen, qui coordonne les opérations sur place, a estimé dans un entretien sur ABC que la situation «sera critique au cours des prochaines 12 à 18 heures». BP a «réussi à repousser vers le bas les hydrocarbures avec la boue. Le vrai défi consiste à mettre suffisamment de boue dans le puits pour maintenir la pression jusqu'au point de pouvoir mettre un bouchon de ciment au sommet», a-t-il expliqué. «La vraie question est maintenant de savoir si on peut maintenir (la boue) en bas. C'est l'enjeu majeur des 12 à 18 prochaines heures», a-t-il insisté.

L'UE envoie des équipements

Vendredi, l'Union européenne a par ailleurs annoncé l'envoi d'équipement spécialisé dans la récupération de pétrole. La veille, les garde-côtes américains avaient demandé de toute urgence trois systèmes complets de bras rigides, qui seront attachés à des bateaux pour récupérer du pétrole. Le matériel sera prêté pendant 1 à 3 mois, mais tous les coûts d'expédition seront à la charge des Américains.

Pour voir l'opération de cimentage du puits cliquer sur "lien utile".

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

.





Source : www.leparisien.fr