Marée noire : la facture grimpe pour BP - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/05/2010 à 17h40 par Tanka.


MARÉE NOIRE : LA FACTURE GRIMPE POUR BP

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Marée noire : la facture grimpe pour BP

Les analystes de Sanford Bernstein & Co estiment la facture globale à 8 milliards de dollars pour BP, soit l'équivalent de quatre mois de profits pour le groupe pétrolier. Les titres ont perdu 16% en Bourse depuis l'explosion du 20 avril.

Les moyens mis en oeuvre par BP et le gouvernement américain sont titanesques pour tenter de stopper la fuite de pétrole qui s'échappe du forage de Deepwater Horizon, la plate-forme détruite le 20 avril par une explosion d'origine inconnue.

Alors que le groupe britannique a commencé à creuser un puits de secours depuis dimanche pour récupérer le pétrole et devrait déployer mercredi un couvercle géant - un dôme destiné à boucher la sortie du puits puis à évacuer le pétrole par un tuyau vers des navires en surface -, ce sont toujours 5.000 barils, soit 800.000 litres de pétrole qui s'échappent chaque jour dans les eaux du Golfe du Mexique.

«Que les choses soient bien claires: BP est responsable de cette fuite. BP paiera», a insisté Barack Obama le week-end dernier, ciblant la compagnie pétrolière britannique comme la responsable de la catastrophe écologique peut-être «sans précédent» qui menace les côtes de la Louisiane.

De son côté, Beyond Petroleum (ex-British Petroleum) assume «toute la responsabilité de la marée noire» et a confirmé lundi qu'il paiera tous les coûts nécessaires et appropriés de nettoyage de la marée noire.

Une facture d'un peu plus d'un trimestre de bénéfice pour BP

Pour le moment, la facture dont devra s'acquitter BP est difficilement quantifiable, mais Fitch a tablé sur une fourchette de 2 à 3 milliards d'euros pour le seul nettoyage et les analystes de Sanford Bernstein & Co,ont publié une note que Bloomberg s'est procurée. et qui estime la facture totale (perte de la plate-forme, pétrole disséminé, les gros moyens pour enrayer les fuites, le nettoyage, les indemnités et les amendes) à 8 milliards de dollars.

«Un tel montant ne remettrait pas en cause la santé financière de BP», commente Irene Himona, analyste chez Exane BNP Paribas. En effet, le groupe a dégagé, rien que sur le premier trimestre 2010, un bénéfice net de 6,08 milliards de dollars... En clair, verser 8 milliards de dollars pour BP reviendrait à renoncer à seulement quatre mois de profits. Pour mémoire, ExxonMobil, après l'explosion de l'Exxon Valdez en 1999 au large de l'Alaska, avait dû payer 4,3 milliards de dollars.

Autour de 25 milliards de dollars de capitalisation boursière envolés

Malgré tout, les investisseurs en Bourse n'ont pas attendu pour se défaire de leurs actions. Depuis le 20 avril, date de l'explosion de la plate-forme, les titres BP ont perdu 16% à la Bourse de Londres, revenant de 655,4 à 550 pence mardi vers 10 heures.

Selon le quotidien britannique The Guardian, la valorisation boursière de BP s'était déjà dépréciée d'environ 25 milliards de dollars (un peu plus de 19 milliards d'euros) lundi, quand les actions avaient reculé de 12%.

«C'est trop», juge Richard Griffith, analyste chez Evolution Securities, cité par le journal, expliquant que les coûts de nettoyage et les montants liés aux suites judiciaires «n'atteindront jamais ce montant».

Même son de cloche chez Citigroup le stratège Mark Fletcher estime que l'effondrement boursier est «disproportionné». Le courtier reste à l'achat sur la valeur, persuadé que les cours vont se reprendre, comme cela a été le cas lors de précédents accidents. A l'instar de l'explosion d'une raffinerie à Texas City en 2005. Le groupe avait payé 87 millions de dollars pour violation des normes de sécurité.

Des amendes qui tombent souvent aux oubliettes

BP table sur des dépenses nettes de 6 millions de dollars par jour pour tenter - en vain - de stopper cette fuite qui a déjà libéré 11,2 millions de litres de pétrole.

Le «Oil Pollution Act» - le texte de loi sur la pollution des compagnies pétrolières - stipule que l'amende maximale peut atteindre 3.000 dollars par baril de pétrole déversé. A raison de 5.000 barils qui s'écoulent dans les eaux du Golfe du Mexique chaque jour, et ce depuis 14 jours, la facture pourrait déjà s'élever à 210 millions de dollars.

Mais une telle sanction ne s'est encore jamais vue. Alors que l'Exxon Valdez avait déversé plus de 40 millions de tonnes de pétrole, l'amende du groupe ExxonMobil avait atteint initialement 150 millions de dollars, avant de revenir à 25 millions de dollars.

Transocean, Cameron, et Halliburton ont leur part de responsabilité

Le groupe britannique n'est pas le seul à avoir affaire à cette catastrophe : les sociétés Transocean, Cameron, et Halliburton qui s'occupaient de la consolidation des puits et de la plateforme, pourraient également être tenus responsables du désastre.

Source : lefigaro.fr


Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire