MARÉE NOIRE - Kevin Costner détient-il la clé ? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/05/2010 à 17h45 par Tanka.


MARÉE NOIRE - KEVIN COSTNER DÉTIENT-IL LA CLÉ ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
MARÉE NOIRE - Kevin Costner détient-il la clé ?

Comme le Titanic s'enfonçant irrémédiablement dans les eaux profondes de l'Atlantique Nord, la marée noire continue son avancée et aurait déjà maculé 80 kilomètres de côtes de Louisiane. Mais hors de question pour Hollywood de se résoudre à un scénario aussi tragique.

Comme dans les films américains à gros budget, le héros va tout faire pour inverser le cours de l'histoire. Et face à la menace, c'est Kevin Costner qui est sur le pont. Car depuis 15 ans, l'acteur américain investit dans un système de machines révolutionnaires pour lutter contre la pollution des océans. Aujourd'hui, ce dispositif pourrait bien être la solution à la marée noire.

Plusieurs machines seront mises en service cette semaine, comme l'ont confirmé BP et les gardes-côtes américains. Ton héroïque, patriotisme chevillé au corps, John Houghtaling, le procureur de Louisiane, a lancé le dispositif : "On est bientôt en mesure d'installer près de 26 de ces machines, réparties dans tout le Golfe", a-t-il fièrement annoncé.

Un incorruptible de l'environnement. Voilà plus d'une décennie, depuis qu'il a réalisé le film Waterworld en 1995, que Kevin Costner s'engage pour le milieu aquatique. Dans son film, les océans ont recouvert la surface du globe. À l'aide de nouvelles machines, Kevin Costner tente de survivre seul dans le péril de l'immensité. Mais ici, rien à voir avec la fiction, les machines sont le fruit de recherches scientifiques poussées et d'un investissement coûteux, 24 millions de dollars, étalé sur plusieurs années.

Alors que les tentatives de BP pour contenir la fuite et celles pour ralentir la progression de la nappe se sont toutes révélées insuffisantes, le fonctionnement de ce nouveau système semble élémentaire. Hissés sur des péniches, ces aspirateurs géants sont capables de pomper l'eau souillée de pétrole, et de la recracher à la puissance d'un Karscher. "D'un côté la pompe recrachera le pétrole pur, qui pourra être récupéré, de l'autre sera rejetée une eau pure à 99 %", annonce le procureur de Louisiane.

Hautes de près de trois mètres, elles pèsent deux tonnes et demie et peuvent nettoyer environ 800 mètres cubes d'eau par jour.

Hollywood return

Kevin Costner n'est pas la seule "star" hollywoodienne à envoyer une lueur d'espoir aux victimes de la marée noire. Le réalisateur James Cameron, autre "spécialiste" des catastrophes à grande échelle, a déjà indiqué qu'il mettrait à disposition ses vaisseaux aquatiques, utilisés pour le tournage de Titanic .

Robert Redford est, quant à lui, apparu dans une publicité pour la défense de l'environnement. "Oui, Kevin est une star, mais il a laissé sa célébrité de côté pour signer de sa main tous les chèques nécessaires pour le projet. L'argent vient de sa propre poche, de sa propore vision d'homme", s'émeut Stephen Baldwin, acteur et ami de Costner.

Une mobilisation qui, aux États-Unis, ne surprend pas. "Les meilleures idées ont parfois les origines les plus inattendues", précise Stephen Baldwin, qui, lui, a produit un documentaire sur ce que l'on appelle déjà la "Kevin Costner solution".

Les espoirs se fondent de plus en plus sur le projet Costner. Beaucoup se consolent ainsi du refus des gardes-côtes d'installer des îles de sable pour protéger les marécages. BP a, elle, souligné que le projet était encore au stade de "test", refusant de préciser si la compagnie octroyerait des contreparties financières à l'acteur, en échange de son investissement.

Le positionnement de ces machines fait aussi débat. Deux clans s'opposent déjà : ceux qui seraient partisans d'une situation en plein océan, où le pétrole, nauséabond, surnage en surface, et d'autres souhaitant les voir proches des côtes, près de la faune et de la flore, d'autres victimes pour lesquelles Hollywood se bat.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

.





Source : www.lepoint.fr