Marée noire : image satellite, échec du couvercle - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/05/2010 à 18h52 par Tanka.


MARÉE NOIRE : IMAGE SATELLITE, ÉCHEC DU COUVERCLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Marée noire : image satellite, échec du couvercle

Cette image de la marée noire a été prise hier, le 8 mai, par l'instrument Modis du satellite de la Nasa Terra. Elle montre que la stabilisation de la situation météo a permis de contenir son extension. C'est la bonne nouvelle de la journée.

La mauvaise nouvelle, c'est que les ingénieurs de BP ont dû retirer le couvercle d'acier qu'ils avaient disposé sur la tête de puits endommagée afin de pomper le pétrole qui s'en échappe toujours. Or, pression et température se sont liguées pour former ce que l'on appelle des hydrates de méthanes sous le couvercle. Ces cristaux de pétrole sont hautement inflammables et surtout très visqueux. Ils colmatent les tuyaux et peuvent rendre impossible le pompage ou former des sortes de caillots aux conséquences difficilement prévisibles. BP affirme chercher une solution à ce problème.

Le coffre d'acier et de béton, qui avait été posé sur la fuite principale à 1.500 mètres de profondeur, a été Couvercle couché sur le côté pour permettre aux techniciens d'examiner le problème, a précisé Doug Suttles le directeur des opérations pour BP. Ce "couvercle" mesurant 12m et pesant 100 tonnes, terminé à son extrémité supérieure par un entonnoir renversé, avait été descendu vendredi 7 mai au fond de l'eau par une grue. Une opération inédite à une telle profondeur, ou la pression est suffisante pour écraser un sous-marin.

Le dispositif était censé collecter près de 85% du pétrole s'échappant du puit : le brut devait être siphonné au moyen d'un pétrolier en surface, après la mise en place d'un conduit reliant le coffre au bateau. Aucune autre solution ne devrait être trouvée avant lundi.

"Je ne dirais pas encore que cela a échoué", a expliqué Doug Suttles. "Je dirais plutôt que ce que nous avons tenté de faire la nuit dernière n'a pas marché", a nuancé le directeur des opérations. Les ingénieurs de BP envisagent parmi les solutions possibles d'injecter de l'eau chaude ou du méthanol pour empêcher la formation des cristaux.

Le contre-amiral des garde-côtes Mary Landry avait mis en garde samedi 8 mai contre tout optimisme prématuré, soulignant que le coffre "n'est pas la solution définitive" pour tarir la source des fuites. "La solution définitive est d'injecter du ciment" via un forage parallèle et de boucher ainsi ce puits, avait-elle souligné. Tout cela "n'est pas instantané", avait-elle noté.

Cela signifie que la marée noire continue d'être alimentée par la fuite. Elle n'a pas encore vraiment touché la côté, mais tous les responsables sont conscients que le mileu marécageux sera extrêmement difficile à nettoyer.

D'après des fuites dans la presse américaine, l'origine de l'accident semble être des travaux près de la tête de puits. Le coulage d'un joint d'étanchéité en ciment aurait provoqué par réaction chimique la formation d'une bulle de méthane qui, en remontant brusquement dans le puits aurait détruit tous les système de sécurité et déclenché l'incendie de la plate forme.

Source : sciences.blogs.liberation.fr

Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire