Marcillac-St-Quentin : Le site de Biogaz est opérationnel - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/11/2011 à 22h33 par Mich.


MARCILLAC-ST-QUENTIN : LE SITE DE BIOGAZ EST OPÉRATIONNEL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Marcillac-St-Quentin : Le site de Biogaz est opérationnel

Pierre et Gilles Trémouille devant le méthaniseur

 

Le site de 6 000 m2 produisant du biogaz, selon le principe de la méthanisation à Marcillac-Saint-Quentin, a commencé à fonctionner. Les travaux de ce projet dit « agro-sapiens » avaient été lancés en octobre 2010. Le chantier avait reçu la visite, début 2011, des ministres de l'Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet et des Affaires européennes Laurent Wauquiez,

Gilles Trémouille, président de la coopérative d'utilisation de matériel agricole (Cuma) de Marcillac-Saint-Quentin, accompagné de son fils Pierre, a récemment reçu des élus de la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, des membres de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie de Bordeaux (Ademe), ainsi que Julie Michel, membre du Conseil régional, afin de susciter éventuellement des vocations pour créer des sites similaires.

Inspirés par nos voisins européens, dont l'Allemagne qui possède plus de 5 000 méthaniseurs, cinq agriculteurs à l'initiative du projet, MM. Seyral père et fils, Benoît Ramière et son frère, et Gilles Trémouille, propriétaires de trois fermes voisines, se sont associés en 2007 afin de créer ce qui est le premier méthaniseur du département.
Trois objectifs

Il s'agit de transformer en biogaz les fumiers et lisiers issus de l'élevage de bovins et de veaux de boucherie. À partir de ce biogaz, sont produites des énergies électrique (vendues à EDF via un contrat de 15 ans) et thermique.

Ce projet, qui s'inscrit dans le mouvement écologique, conjugue trois objectifs : transformer des déchets organiques tels que le fumier, les tontes des espaces verts et les poussières et brisures de tabac de l'entreprise France-Tabac, en énergie renouvelable (le biogaz) ; produire de l'électricité et de la chaleur, et réutiliser le digestat. Le digestat est constitué, une fois la méthanisation effectuée, par les « restes, qui ont une valeur fertilisante », explique Pierre Trémouille. Il est épandu sur les champs et permet de diminuer les nuisances olfactives anciennement dues au lisier.

Avant l'inauguration du site, prévue au printemps, la voirie reste à goudronner. Et, courant décembre, le site devrait basculer de l'alimentation au gaz de ville vers le biogaz.

 

Un article de sudouest.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : sudouest.fr

Source : www.sudouest.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • biogaz