Malgré les "turbulences japonaises" l'avenir passe encore par Comurhex II - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/09/2011 à 20h20 par Kannie.


MALGRÉ LES "TURBULENCES JAPONAISES" L'AVENIR PASSE ENCORE PAR COMURHEX II

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Malgré les "turbulences japonaises" l'avenir passe encore par Comurhex II

 

Narbonne. Depuis les événements survenus à Fukushima, rien n'est plus pareil du côté de... Malvési. Il faut dire que sur le site narbonnais, où -chimie aidant- l'acide fluorhydrique côtoie ammoniac, uranium, solvants et gaz naturel, les commandes japonaises représentent 40 % du carnet annuel. Et ce, via 11 'électriciens' nippons (ndlr : fournisseurs d'électricité, à l'instar du Français EDF) dont Tepco, pour Fukushima, Tohoku pour Onagawa ou JAPC pour Tokai.

Aujourd'hui donc, 11 réacteurs -seulement- fonctionnent sur les 54 que compte le Pays du Soleil Levant.

Conséquence pour Malvési, la production n'atteindra pas les 14 000 tonnes escomptées, pour se 'contenter' de 10 880 tonnes, "il va nous manquer 3 000 tonnes environ, rappelle Jean-Marc Ligney, et c'est pour cela que nous allons arrêter la production fin octobre, pour reprendre début janvier".

En attendant, pas de chômage technique, "nos salariés sont amenés à prendre des congés, mais surtout, il y a la mise en place d'un plan de formations très important". Avec des conséquences tout de même sur les activités des entreprises sous-traitantes.

"240 millions investis sur Malvési"

Pour autant, c'est au coeur de cette zone de turbulences que le site entrevoit un bel avenir, via Comurhex II : soit 240 millions d'euros investis à Narbonne et, en parallèle, 370 millions sur Pierrelatte.

"Le programme a démarré en 2009, les essais interviendront fin 2012 - début 2013, avec - en suivant - la mise en production", souligne J.-M. Ligney, "c'est bien un choix du groupe de ne pas stopper le programme Comurhex II et de faire ce pari, investir sur des installations neuves".

Malvési qui est, à ce jour, le site qui a transformé -dans sa première phase- le plus d'uranium civil au monde, sera en capacité de produire -annuellement- 21 000 tonnes. Et sera le seul site au monde à disposer d'installations toutes neuves. De quoi entrevoir la lumière...

 

Un article de André Navarro, publié par lindependant.fr

 

Afficher la source

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : André Navarro