La Mort de la Mort - A la découverte de l'immortalité : Une vie sans fin; ça vous dit ?

Malgré les discours, la biodiversité dans le rouge - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/05/2010 à 15h54 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Malgré les discours, la biodiversité dans le rouge

Triste journée mondiale de la biodiversité : selon un raport de l'ONU, aucun des objectifs de protection des écosystèmes n'a été atteint.

« Les nouvelles ne sont pas bonnes. » Tel fut le message d'Ahmed Djoghlaf, secrétaire exécutif de la Convention de l'ONU sur la diversité biologique, de passage à Genève début mai pour présenter la troisième édition des «Perspectives mondiales de la biodiversité».

Le document dépeint, sur 94 pages, un tableau alarmant : aucun pays n'a réussi à endiguer l'érosion de sa biodiversité. « Les écosystèmes sur lesquels reposent l'économie, l'agriculture, la vie, sont menacés d'une rapide dégradation, voire de disparition, si aucune action radicale n'est engagée pour les préserver », écrivent les auteurs du raport.

À la trappe, donc, l'objectif « de parvenir, en 2010, à une réduction importante du rythme actuel d'appauvrissement de la diversité biologique ». Triste tableau, alors que l'on célèbre ce samedi la Journée mondiale de la biodiversité, au coeur d'une « année internationale » officiellement dédiée à ce sujet...

Née à l'issue du Sommet de Rio en 1992, la Convention de l'ONU sur la diversité biologique devait figurer parmi les outils clés permettant la mise en oeuvre d'un « développement durable ».

Deux décennies plus tard, le constat est amer. « Nous atteignons le point de basculement où la planète et les écosystèmes ne peuvent plus fournir des services que nous considérons comme garantis », a prévenu Ahmed Djoghlaf.

Le raport pointe précisément trois points de basculement : « le dépérissement de vastes zones de forêt amazonienne », « la modification de nombreux lacs d'eau douce » et leur asphyxie par les algues, ainsi que « l'effondrement de plusieurs écosystèmes de récifs coralliens ».

En cause, cinq grands tendances : une urbanisation galopante et mal contrôlée, la surexploitation des ressources, la pollution, les espèces exotiques envahissantes et les changements climatiques.

Résultat, les auteurs du raport pointent un taux d'extinction d'espèces animales et végétales désormais « 1000 fois plus élevé que le taux historique connu jusqu'à ce jour ».

Pourquoi s'en émouvoir ? Parce que, a rappelé le représentant la convention sur la diversité biologique, « on ne protège pas l'environnement pour sa beauté, mais pour le développement ». Derrière chaque écosystème en péril se trouvent en effet tout un tas de services et de ressources – eau, végétaux, animaux... – dont il est difficile de se passer. À tel point que certaines économies nationales s'en trouvent déjà affectées.

Las, « ce tsunami a lieu dans l'indifférence des politiques et l'ignorance des populations », selon Ahmed Djoghlaf. Rares sont en effet les gouvernements à avoir intégré à leurs politiques nationales une dimension environnementale.

Et le raport de relever qu'«une fraction des sommes engagées pour éviter un effondrement de l'économie mondiale permettrait d'éviter un effondrement beaucoup plus préoccupant et profond : celui des systèmes de maintien de la vie sur Terre».

Voir aussi: une nouvelle vision

SOS-planete

Auteur : Vincent Defait

Source : www.humanite.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.