Lutter contre la pollution améliore l'espérance de vie - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/12/2012 à 13h30 par kannie.


LUTTER CONTRE LA POLLUTION AMÉLIORE L'ESPÉRANCE DE VIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Lutter contre la pollution améliore l'espérance de vie

 

Une étude américaine réalisée par des chercheurs de l'école de santé publique de Harvard (HSPH), montre que la réduction, même modeste, de la pollution de l'air par les particules fines, permet une augmentation de l'espérance de vie.

A Paris, le dernier rapport d' Airparif révèle que les niveaux d'exposition commandés pour le dioxyde d'azote (NO2), les particules (PM 2,5 et PM 10) et le benzène, sont largement dépassés dans un rayon de 40 mètres autour d'un axe routier. Cela représente 125 écoles, 85 crèches, 66 hôpitaux et 36 établissements pour personnes âgées.

Mais ces travaux montrent que réduire la pollution est toujours bénéfique pour la santé et l'espérance de vie. Les chercheurs américains ont notamment montré le lien de causalité entre le niveau de particules fines dont le diamètre est inférieur ou égal à 2,5 micromètres et l'incidence de nombreuses pathologies cardiaques ou pulmonaires.

A cet égard, l'étude américaine, publiée le 3 décembre, visait à évaluer les effets des faibles réductions de la pollution atmosphérique enregistrées aux Etats-Unis depuis 10 ans sur l'espérance de vie. Or, contrairement à ce qui était prévu, la faible réduction en particules PM 2,5 (moins 10 microgrammes par mètre cube entre 2000 et 2007) a tout de même permis une augmentation de l'espérance de vie de 0,35 année dans les 545 comtés américains inclus dans l'étude.

 

 

Cette étude confirme celle publiée en 2009 dans le NEJM, qui montrait un allongement de l'espérance de vie dans 211 comtés urbains. De manière logique, les effets bénéfiques d'une réduction de la pollution sont plus importants dans les zones les plus urbanisées. De manière inattendue, cette étude révèle par ailleurs qu'une baisse de la pollution de l'air a un impact plus grand sur la santé des femmes que sur celle des hommes.

Selon l'agence américaine de l'environnement (EPA), la mise en oeuvre croissante depuis 1970 de mesures visant à réduire la pollution atmosphérique "améliore largement l'espérance de vie et doit être poursuivie".

 

Un article de Mark FURNESS, publié par rtflash.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Mark FURNESS

Source : www.rtflash.fr