Luc Ferry nous donne son avis sur le transhumanisme. Sans régulation, c'est la fin de la démocratie - WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/04/2016 à 20h08 par colibrix.


LUC FERRY NOUS DONNE SON AVIS SUR LE TRANSHUMANISME. SANS RÉGULATION, C'EST LA FIN DE LA DÉMOCRATIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
Luc Ferry nous donne son avis sur le transhumanisme. Sans régulation, c'est la fin de la démocratie

 

Alerte !

 

Ci-dessous, INTERVIEW CROISÉE de Luc Ferry,
ancien ministre français de l'éducation nationale.
A écouter avec attention. Ces propos sur le transhumanisme
sont extrêmement importants pour l'avenir de l'humanité.
Merci d'attendre le chargement du widget






La technomédecine et l'ubérisation de la planète vont bouleverser nos vies et le monde de la technique nous submerge: ses avancées sont si rapides et si difficiles à comprendre qu'elles échappent aux politiques comme aux opinions publiques. Avec ses milliers de laboratoires et de leviers de décision, la technoscience échappe presque à tout contrôle, et ce que nous régulerons en France ne fixera rien en Corée ou en Chine. D'où l'avertissement des «bio-conservateurs» tels que Francis Fukuyama ou Michael Sandel,
qui appellent à anticiper.

Qui aurait pu dire il y a seulement cinquante ans qu'un ordinateur battrait le champion du monde de go ? Et qui peut dire ce que seront
les biotechs en 2300 ? Leur augmentation exponentielle nous approche des limites technologiques de la démocratie, et c'est un problème politique: on ne pourra ni tout interdire ni tout autoriser, il faudra repenser de fond en comble la notion de régulation et pas seulement au niveau national. Il existe, pour se repérer en éthique, deux grandes traditions humanistes.

 

 

L'humanisme chrétien qui, avec saint Thomas, privilégie l'idée de loi naturelle. L'humanisme laïc, celui de Pic de La Mirandole et de Condorcet: il définit l'humain non par ses qualités naturelles mais, au contraire, par sa liberté, par sa faculté de transgresser la nature de sorte qu'il est capable d'une perfectibilité infinie, y compris sur le plan biologique. C'est à la fois fascinant et effrayant. Car si la mort et la vieillesse sont naturelles, lutter contre elles ne l'est pas moins: quand le médecin vous annonce un cancer du pancréas, d'un coup, vous regardez d'un oeil moins critique les possibilités que le transhumanisme prétend offrir un jour à une humanité augmentée...

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Une interview de Luc Ferry par François-Xavier Bellamy,
publiée par lefigaro.fr et relayée par
Demain l'homme ex SOS-planete

 

L'ouvrage de Luc Ferry, La révolution transhumanisme
vient d'être publié chez Plon

 

 

La science va-t-elle trop loin ?

 

Modifier l'homme pour l'améliorer: des scientifiques sérieux y travaillent déjà avec la bénédiction de milliardaires qui financent leurs recherches,
tels les fondateurs de Google.

Fabriquer un homme augmenté n'est pas une fiction. L'Europe persiste à rester sceptique, mais la Californie, devenue la terre de prédilection de tous les apprentis sorciers du futur, y travaille déjà. Elle le fait avec des moyens considérables, ceux des bénéfices des acteurs de l'économie numérique qui cherchent à se diversifier, à l'instar du géant Google.

Le transhumanisme, ce courant de pensée qui prône le recours à la science et à la technique pour améliorer les caractéristiques physiques et psychologiques de l'homme, est-il une simple futurologie qui ne verra jamais le jour ou une réalité en marche? Avec la parution du nouveau livre de Luc Ferry
"La Révolution transhumaniste".

Source - La suite est payante

 

Transhumanisme et ubérisation : une origine, deux destins

Transhumanisme: vivre 300 ans, ce sera un jour possible

 

 

S'abonner ou faire un don en toute confiance via HELLOASSO

 

Président, écoute la voix des jeunes dans la rue,
pour ne pas être -comme toi-même- bientôt à la rue

 

 

 

 

 

 

 

 





Auteur : François-Xavier Bellamy - lefigaro.fr