LOPPSI, démocrature et flash-ball - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/12/2010 à 21h12 par Mich.


LOPPSI, DÉMOCRATURE ET FLASH-BALL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
LOPPSI, démocrature et flash-ball

Démocrature

Ce joli néologisme désigne “un régime qui, sous l'apparence d'une démocratie, fonctionne en réalité comme une dictature.

Une constitution est en place, des élections ont lieu régulièrement, la liberté d'expression est garantie dans les textes, cependant les élites en place manipulent ces institutions afin de conserver leurs privilèges.

Cela peut être aussi le cas lorsqu'il existe une collusion entre les médias et le pouvoir en place.” source. Ou plus simplement, comme j'ai pu le lire ailleurs, c'est “le gouvernement des plus forts par les plus forts et pour les plus forts“.

Ce terme est généralement employé pour désigner républiques bananières, Russie (sous Poutine), Chine, ... Il s'applique de plus en plus facilement à l'égard de la France.

Des amateurs de bananes, il y en a partout...

Exagéré ?

Vous rappelez-vous certains problèmes de népotisme ? Les menaces sanglantes envers les adversaires politiques de notre président ? Les intimidations de journalistes, le démantèlement de RFI et plus généralement les tentatives pour limiter la liberté de la presse ?

Plus récemment, la réforme des retraites à été voté malgré une mobilisation exceptionnelle : plus de 3 000 000 de personnes sont descendus, manif après manif, dans les rues.

Moins d'un mois avant, des sondages estimaient que 67% de français approuvaient les grèves et les manifestations, et que 65% désapprouvaient la « fermeté de Nicolas Sarkozy face aux grèves et aux manifestations ». Malgré ce criant désaveux, notre monarque est passé outre...

Mais la presse écrite, malgré quelques sombres histoires de fadettes et d'étranges vols d'ordinateurs, n'inquiète pas vraiment Sarkozy.

Le web est bien plus dangereux, il faut donc à tout prix le museler. Hadopi n'ayant pas eu l'effet escompté, voilà qu'il remet le couvert avec la LOPPSI. Voici un bref résumé de cette loi voté hier soir dans la plus grande indifférence :

* Filtrage d'internet décidé uniquement par le Ministère de l'Intérieur
* Sans intervention de l'autorité judiciaire
* Liste noire secrète des sites web filtrés
* Aucun contrôle possible par une entité extérieure

Le prétexte ayant permis le vote de cette loi était la lutte contre la pédopornographie. Prétexte non seulement absurde, mais même dangereux selon l'Ange Bleu (Association Nationale de Prévention et d'Information Concernant la Pédophilie). Ce filtrage d'internet ravale la France au rang des pays les plus liberticides en matière d'information.

Et le flash-ball dans tout ça ?

A l'instar de nombreux pays regardés par le citoyen lambda comme des parodies de démocratie, les exactions policières ne cessent de se multiplier. Le flash-ball devient un symbole de cette violence. Arme supposée non-létale, son emploi se généralise à une vitesse alarmante.

“Autant qu'une arme, le flash-ball est un thermomètre politique. Pour température, il indique l'évolution et la mutation du maintien de l'ordre, c'est-à-dire de la façon dont le pouvoir entend maîtriser et réprimer toute velléité de contestation.

Son usage de plus en plus fréquent et les blessures qu'il provoque incarnent tout aussi parfaitement la politique sécuritaire agressive souhaitée de longue date par Nicolas Sarkozy.” analyse article XI. Je vous invite également à lire cette interview de Hacène Belmessous : « Le pouvoir sarkozyste mène une guerre à deux faces dans les banlieues, une guerre totale ».

Il y a de quoi avoir peur... Nicolas Sarkozy se prépare visiblement à réprimer une révolte populaire (une révolution ?) à l'aide de l'armé, dans la violence et le sang.

Démocrature. Exagéré disiez-vous ?

N.O.M. : le Nouvel Ordre Mondial


Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE!

Deviens lanceur d'alertes

Dans l'oeil du cyclone!





Auteur : George/Le GLOB de Bargeo

Source : glob.bargeo.fr