Loppsi 2 : Les dictateurs en ont rêvé, Sarkozy l'a fait - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/12/2010 à 20h22 par Mich.


LOPPSI 2 : LES DICTATEURS EN ONT RÊVÉ, SARKOZY L'A FAIT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Loppsi 2 : Les dictateurs en ont rêvé, Sarkozy l'a fait

Note des unités carbone 12 @ssociées :

Que faut-il penser d'un filtrage de sites sans juge? Où est le contre-pouvoir dans tout ça? Comment empêcher la machine administrative du ministère de l'Intérieur de commettre des exécutions sommaires aléatoires ou parce qu'intel l'a demandé?

(...)

c'est fait, c'est voté

L'adoption de Loppsi 2 signe la fin de la neutralité du réseau en France (RIP) d'aprés Linkzilla

Alors que TF1, dans ses journaux de mayrde, nous bassine sur le froid et la neige, la loi Loppsi 2 (Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) vient d'être adoptée par 27 députés sur 577, les autres ayant été bloqués par le blizzard sibérien ou ayant piscine.

Cette loi, véritable fourre-tout judiciaire, confère aux policiers et aux Gendarmes un nouvel arsenal technique et judiciaire dans des domaines très variés comme l'insécurité routière, la cyber criminalité ou encore contre les habitats illicites.

Deux articles de la Loppsi 2 sont très controversés et font hurler les défenseurs des libertés publiques et les acteurs du net, voici lesquels et pourquoi.

Article 4 - Le filtrage des sites Pédopornographique.

Cet article, qui permet d'instaurer le blocage de sites pédopornographique par les FAI, est la bête noire des blogueurs, des FAI et des associations luttant contre la pédophilie, qui estiment qu'il s'agit tout simplement et bonnement de la mise en place d'un système de filtrage organisé du web sous couvert de vouloir bloquer des sites pédophiles.

De plus cet article est jugé dangereux et inefficace, car :

* Les échanges de contenus pédopornographique se produisent via IRC ou via des réseaux P2P (pour ne citer qu'eux) et non plus sur des sites internet comme auparavant.

* Il est facile de contourner le blocage d'un site (grâce à un VPN ou un Proxy).

* La traque de ces contenus et de leurs auteurs sera rendue plus difficile car ceux-ci trouveront d'autres techniques plus discrètes et sécurisées pour poursuivre leurs échanges.

* Cela favorisera le développement de professionnels de la distribution de contenus pédopornographique.

En plus d'être inadapté, cet article fait craindre des abus au niveau du filtrage, les autorités en profitant pour bloquer des sites n'ayant aucun rapport avec de la pédopornographie.

D'autant plus que la liste des sites bloqués ne sera pas rendue publique ni contrôlée par une autorité de régulation, cerise sur le gâteau, le fichier ne pourra pas être audité pendant 2 ans et sa gestion relèvera directement du ministère de l'intérieur (Brice si tu nous écoutes !).

Mais ce n'est pas fini !! Le blocage d'un site internet ne sera pas soumis à l'aval d'une décision de justice ! Et ça c'est plein de win pour le gouvernement à la veille des élections présidentielles !

(...)

Jérémie Zimmermann, de la Quadrature du net, estime que l'extension du filtrage est d'or et déjà prévue notamment pour les sites de jeux en ligne et pour les sites de téléchargements illégaux.

Cet article signe bel et bien la mort de la neutralité du réseau en France, qui est un principe fondateur du web, selon lequel il est exclu de discriminer la source, la destination ou encore le contenu de l'information transmise sur le réseau.

L'article 23 - Captation de données informatique à distance

Elle permet, en cas de crime grave, la captation de données à distance grâce à des mouchards installés sur un ordinateur ou encore l'activation à distance d'une webcam (vidéo et micro), le tout ordonné par un juge d'instruction (nous voilà rassurés !).

Là encore la plupart des blogueurs et les défenseurs des libertés craignent des dérives.

Création d'un délit d'usurpation d'identité :

La loi crée un délit d'usurpation d'identité sur internet d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende (...)

Conclusion :

Certains journaux étrangers comme Der Spiegle et The Register font remarquer que la France vient de se doter de la loi la plus répressive au monde en matière de cybercriminalité.

Plus qu'a rester vigilant sur l'utilisation de cette loi...

Lire l'article en entier, cliquer sur Source


Notre Association est APOLITIQUE!

SOS-planete, le site géant qui déchire!





Auteur : L'Express repris par le Post

Source : www.lepost.fr