Limiter le réchauffement climatique à 2°C, est-ce encore possible? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/12/2010 à 15h58 par Tanka.


LIMITER LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE À 2°C, EST-CE ENCORE POSSIBLE?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Limiter le réchauffement climatique à 2°C, est-ce encore possible?

Dans cette course éperdue pour tenter de réduire les émissions de gaz à effet de serre, des scientifiques de l'EPFL se lancent dans un nouveau projet européen. Ils devront évaluer différents scénarios en calculant les impacts des changements climatiques sur l'économie, l'agriculture, l'hydrologie et les adaptations à concevoir pour y faire face. Le challenge européen et mondial est de limiter le réchauffement du climat à 2°C d'ici la fin du siècle.

Début janvier 2011, les chercheurs du REME, le laboratoire de recherche en économie et management de l'environnement, collaboreront avec les universités et les instituts de quatre pays européens, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne et Suisse, sur le projet de recherche «Ermitage». L'occasion pour les scientifiques de l'EPFL, de mettre à disposition du consortium un outil de modélisation développé par Marc Vielle, Gemini-E3, qui prend en compte le point de vue économique: «on peut grâce à cet outil, montrer l'évolution de la consommation d'énergies fossiles et les émissions des gaz à effet de serre jusqu'en 2050.»

La Suisse est bien entendu, décrite dans ce modèle qui compte vingt-huit régions. «En fait nous cherchons à calculer le coût sur le bien-être de différentes politiques de lutte contre le changement climatique et les possibilités d'adaptation face aux modifications du climat.»

Dans ce nouveau projet, le REME travaillera essentiellement sur les conséquences économiques des mesures prises pour freiner les changements climatiques. Quel est le coût du changement climatique et quelles sont les possibilités d'adaptation face à ces changements? «En Suisse, par exemple, le changement climatique affecte l'activité touristique hivernale, quelle parade adopter?

De même dans le secteur de l'agriculture, comment adapter les pratiques agricoles? L'isolation des bâtiments est aussi un point important.» explique Marc Vielle, «C'est stimulant de travailler sur des projets aux ramifications internationales, d'autant que nous faisons là de la recherche appliquée afin de proposer des solutions aux décideurs.» L'objectif de ce projet qui se déroulera sur trois ans est d'utiliser et de combiner les modèles des différentes équipes pour évaluer les politiques climatiques et atteindre l'objectif de limiter l'augmentation de la température mondiale à 2°C.

Quelle va être l'évolution de la politique climatique internationale? Comment gérer l'après Kyoto? Quels sont les stratégies politiques à mettre en place en 2012?

Ronal Gainza Carmenates s'est appuyé sur un projet du REME autour de deux grands pays à la croissance économique rapide, la Chine et l'Inde, pour mener ces travaux de recherche. Il vient de soutenir sa thèse sur les moyens d'intégrer les pays émergent du G20, la Chine et l'Inde mais aussi l'Afrique du Sud, le Mexique, la Corée du Sud et le Brésil, dans le processus de réduction des gaz à effet de serre?

«J'ai interviewé cent quarante-neuf personnes de quarante-huit pays qui participent aux discussions climatiques, je me suis penché sur treize propositions académiques autour de cette question et enfin j'ai crée un modèle pour étudier les négociations climatiques multilatérales entre le Nord et le Sud.» Les résultats de ses recherches montrent trois perspectives économiques intéressantes:

- Le transfert des technologies les plus efficaces d'un point de vue énergétique des pays industrialisés vers les pays émergeants,
- l'instauration d'une politique de réduction basée sur la croissance économique notamment,
- la mise en place d'un système permettant d'intégrer progressivement les pays émergents dans un accord de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en fonction de leur niveau de développement économique et de leur responsabilité sur les émissions globales.

«Chaque pays doit adapter la politique climatique à ses réalités, il n'existe pas une seule réponse ou une solution miracle et il y a toujours un dilemme entre ce qui est idéal et faisable. En revanche, les coûts et les bénéfices liés aux changements climatiques sont difficiles à chiffrer avec certitude en avance. Pour que l'aide financière des pays du Nord aux pays du Sud fonctionne, il faudra mettre en place des institutions de surveillance, neutres, fiables et indépendantes.» conclut Ronal Gainza Carmenates.

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : etudiants.ch

Source : www.etudiants.ch