Liberia : la préservation de la forêt menacée par la pauvreté - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/06/2010 à 17h16 par Michel.


LIBERIA : LA PRÉSERVATION DE LA FORÊT MENACÉE PAR LA PAUVRETÉ

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Liberia : la préservation de la forêt menacée par la pauvreté

Liberia - Les Libériens sont en grande partie responsables de la déforestation. La pauvreté pousse en effet la population à détruire de larges parcelles de forêt pour les transformer en terres cultivables et survivre.

"C'est la pauvreté qui conduit les gens à brûler le charbon de bois comme source de carburant et c'est la pauvreté qui conduit les gens à développer cette agriculture non durable dont nous parlons" déplore Johansen Voker, qui dirige l'agence gouvernementale de protection de l'environnement.

Ce sont chaque année plus de 2% de la couverture forestière qui disparaissent au Liberia. Des parcelles de forêt tropicale transformées en terres cultivables par une population bien trop pauvre pour pouvoir s'inquiéter de la préservation de la forêt.

Les paysans abattent régulièrement des arbres, puis brûlent leurs restes pour conserver les cendres riches en substance nutritive et cultiver le riz ou le manioc. "Ils pensent que s'ils coupent un arbre pour produire le charbon de bois, ce charbon de bois mettra un bol de riz sur leur table" explique Johansen Voker.

La forêt libérienne représente actuellement 40% de la forêt tropicale humide guinéenne, qui recouvrait autrefois la plupart de l'Afrique de l'Ouest. D'après un rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) le continent africain a perdu 3,4 millions d'hectares de forêt au cours des dix dernières années.

Une déforestation accrue par les guerres, comme le souligne Richard Sambolah de l'organisation britannique Fauna and flora international. "La guerre au Liberia a accru l'exploitation de la forêt, en intensifiant la pauvreté dans le pays (...) Il n'y a pas d'emploi et 80 à 90% de la population dépend de la forêt", explique-t-il.

Si le ministère libérien de l'Agriculture tente d'aider les paysans à pratiquer une agriculture durable, de plaines et de marais, les cultivateurs sont réticents à abandonner les cultures traditionnelles.

Le trésor dilapidé





Auteur : Rédaction Maxisciences

Source : www.maxisciences.com