Lettre de Pierre Priolet à Bruno Lemaire et Nicolas Sarkozy - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/06/2011 à 22h33 par Jacques.


LETTRE DE PIERRE PRIOLET À BRUNO LEMAIRE ET NICOLAS SARKOZY

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Bonjour,

L'assemblée générale du 15 juin 2011 à permis aux membres de l'association présent de faire le point sur les actions menées cette année de démarrage et surtout nous avons abordé les actions à venir. Un compte rendu de cette assemblée est joint à cette newsletter.

I - Pour le rendez vous que m'avait donné Monsieur le Ministre de l'Agriculture, les quinze jours deviennent des mois, silence complet et pourtant le Président de la République semble m'avoir entendu puisque les principaux thèmes, de ce que je dénonce depuis 18 mois, ont fait l'objet de son discours au ministres de l'agriculture du G20 :

- 1 « Le mot régulation n'est pas un gros mot ! Un marché sans règle n'est plus un marché » !

C'est ce que je dénonce depuis le début de mes interventions et dans mon livre, alors que le ministre de l'agriculture m'explique qu'il ne peut rien faire contre le système prédateur de la grande distribution. Oui j'affirme que c'est à l'Etat de reprendre son rôle et de réguler !

- 2 « Le marché mondial n'est pas suffisant par rapport à la demande »

Je suis entièrement d'accord avec Monsieur le Président, alors pourquoi les producteurs quels qu'ils soient, sont en permanence contrains à la vente à perte ! Et que leur travail est méprisé !

Pourquoi devrions-nous nourrir une planète qui nous fait crever ?

- 3 « Les marchés agricoles sont les moins transparents du monde »

Tout simplement Monsieur le Président parce qu'ils sont aléatoires. Qu'elle est la production industrielle qui subit chaque année les intempéries, la grêle, les inondations, la sécheresse, l'incendie, les baisses naturelles de production, les maladies, les catastrophes naturelles plus que l'agriculture.

Quels sont les entreprises qui ont besoin de plus de vingt ans pour un retour sur investissement ? Quand tous les investissements industriels se font sur 5 à 6 ans. Ils sont volatiles oui, car imprévisibles. Et avec tous ces handicaps nous sommes tout de même méprisés par les états.

D'autant plus que quand on constate le nombre de fonctionnaires nationaux, Européens, de personnels de Chambre d'Agriculture, de Syndicat puissant, de techniciens ect... ; on se demande à quoi tout cela sert s'ils ne sont pas capable d'avoir les informations !

- 4 « La volatilité est un fléau »

Non Monsieur le président le fléau c'est que l'on crève en travaillant, c'est que l'on n'est pas respecté, c'est qu'il y a plus de gens qui s'occupent des agriculteurs que d'agriculteurs, c'est que les conseilleurs ne sont jamais les payeurs, c'est que l'on est méprisé par le système.

Voilà le fléau Monsieur le Président ! Et plus nous serons méprisé plus les populations auront faim et plus les pays tomberont en ruine. On ne mange pas les billets de Banque, pour manger il vaut mieux un agriculteur moyen, qu'un bon banquier.

- 5 « Les limites d'un capitalisme de prédation »

Je le dénonce depuis si longtemps que je commençais à désespérer, je suis heureux d'avoir été entendu au plus haut niveau de l'Etat ! Le problème Monsieur le Président c'est que c'est à vous et à vos équipes seules, de mettre les règles indispensables à cet état de fait ! Le capitalisme ne fait que ce vous lui autorisez à faire.

Etre politique c'est avoir le sens de l'intérêt général et pour l'instant tout est à faire ! Lorsque j'évoque devant Le Ministre de l'Agriculture cette prédation de la grande distribution, il me dit clairement qu'il ne peut rien faire. Il trouve un faible allié en la personne de MONSIEUR Serge Papin PDG du groupe Système U, qui ose dire dans le point de cette semaine: « Ne tombons pas dans la caricature, comme le fait Monsieur Priolet dans son livre. »

Mais pour les Agriculteurs ou pour les P.M.E. de notre pays, ce n'est certainement pas de la caricature, mais une prédation organisée et admise par l'état !

Mais Monsieur le Président, vous ne parliez que de l'achat des terres agricoles, malheureusement, car ces achats sont le fruit de ce qui précède et de notre désespérance, nous ne pouvons plus vivre sur nos terres, le système nous a pris nos vies et il se permet de nous spolier une deuxième fois en nous prenant nos terres criblées de dettes crées par vos décisions, celle de l'Europe et la vente à perte systématique.

- 6 « Un marché qui n'est pas régulé n'est pas un Marché, mais une loterie. Une loterie où la fortune sourit aux plus cyniques, au lieu de récompenser le travail, de récompenser l'investissement, récompenser la production de valeur. »

Monsieur le président je suis d'accord avec vous, mais cela ne s'adresse pas qu'aux marchés, je dirais qu'une société incapable de réguler son activité en générale, c'est une loterie. Où les passes droits sont plus importants que le mérite et cela est grave pour les générations qui viennent !

Et je suis surpris qu'à travers votre démonstration, vous parliez si bien de ce que nous fait subir la grande distribution ! « La fortune sourit aux plus cyniques au lieu de récompenser le travail... »

Ce discours Monsieur Le Président, soit c'est une posture, auquel cas il n'a aucun intérêt, soit c'est une volonté, alors je ne comprends pas le silence du Ministre de l'Agriculture Monsieur Bruno Lemaire !

Je tenais à dire combien je prends au sérieux tout ce qui se dit en ce moment, mais aussi j'attends des actes.

II - Pour ce qui est du problème de la « Sharka », sujet qui a été abordé lors des newsletters précédentes, là encore je ne comprends pas l'attitude de l'état face à cette souffrance. Car ils ont eu à coeur de faire cesser cette grève de la faim, mais depuis c'est le mépris, pas de solution, pas de proposition, aucune compassion de la part des grands « commis » de l'état!

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de Pierre Priolet, publié par Consommer-juste

 

Note de Jacques : Et quand on voit Monsieur le Ministre de l'agriculture bien plus préoccupé de son propre avenir politique, en briguant le poste de Madame Christine Lagarde, que de l'avenir des agriculteurs, on comprend mieux sa surdité au cri de douleur de ces derniers !

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Pierre Priolet

Source : www.consommer-juste.fr