Les vérités sur... les handicaps de la voiture électrique - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/11/2009 à 19h08 par Michel95.


LES VÉRITÉS SUR... LES HANDICAPS DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les vérités sur... les handicaps de la voiture électrique

Information recueillie par Michel95

Elle serait trop polluante, trop gourmande, trop chère... La voiture électrique a-t-elle un avenir ?

Les cinq points-clés du débat.

Et si la voiture électrique polluait autant que la voiture à essence ?

A priori, une voiture qui n'a pas de pot d'échappement et n'émet aucun gaz est forcément écologique !

Pas si simple.

«Elle a bel et bien un pot d'échappement, affirme Céline Mesquida, responsable transports de France Nature Environnement.

Celui de la centrale électrique

De fait, comme il faut produire le courant, la voiture électrique pollue, comme une centrale électrique.

Le courant doit ensuite être transporté puis stocké dans une batterie, ce qui engendre des déperditions, et donc une pollution supplémentaire.

Ainsi, selon l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), la voiture électrique nécessite 62% d'énergie en plus qu'une voiture thermique pour le même rendement.

Résultat, affirme Agir pour l'environnement, «le véhicule électrique dit «zéro émission» est une vue de l'esprit.

On peut lui prêter des avantages comme la réduction du bruit ou des émissions nocives en milieu urbain mais laisser croire que ces véhicules seraient neutres pour le climat et constitueraient la solution technologique ultime relève de la malhonnêteté intellectuelle».

Faut-il enterrer la voiture électrique dans le cimetière des fausses bonnes idées ?

Non.

Car la question du bilan écologique est plus complexe qu'il n'y paraît.

Il faut tenu- compte de plusieurs paramètres : origine de l'électricité, façon de recharger le véhicule, type de batterie utilisé... Voici les cinq points-clé.

Electrique ou à essence, c'est la même émission de CO2

FAUX Du puits a la roue, comme disent les experts, quel est le bilan carbone de la voiture électrique ?

C'est l'origine de l'électricité qui détermine le volume d'émissions de C02.

Si elle vient d'un barrage hydraulique ou d'une éolienne, rien à dire.

Mais si elle vient du charbon, c'est une autre affaire !

«En Chine, la voiture électrique, c'est une voiture au charbon, résume Patrick Coroller, chef du département transport et mobilité à l'Ademe.

Elle pollue davantage qu'un diesel !»

En Europe et aux Etats-Unis, la situation est différente : les centrales au charbon font partie du mix énergétique mais elles ne sont pas majoritaires, si bien que le bilan C02 est sans aucun doute positif.

Le WWF reconnaît par exemple qu'«en Europe et aux Etats-Unis les véhicules électriques émettent nettement moins de CO2 que les véhicules classiques».

Même son de cloche à Greenpeace international : «Pour réduire les émissions de CO2 dans le transport, les véhicules électriques sont le meilleur moyen.»

Ces propos diffèrent notablement de ceux des organisations françaises citées plus haut.

La raison ?

En France, l'électricité n'émet pas de C02 mais elle est majoritairement nucléaire (voir graphique ci- contre).

D'où la réticence des organisations écologistes à soutenir le véhicule électrique.

Le bilan est pourtant sans appel : «Chez nous, un véhicule électrique émet dix fois moins de CO2 qu'une voiture à essence», conclut Patrick Coroller.

Les batteries peuvent être rechargées n'Importe quand

FAUX «Si tout le monde recharge à 19 heures une fois rentré à la maison, à I'heure de l'extrême pointe de la consommation électrique, c'est un scénario catastrophe pour le CO2», martèle Yannick Vicaire, d'Agir pour l'environnement.

L'explication de Patrick Coroller, de l'Ademe :«Sion charge aux heures dépeinte, les fournisseurs d'électricité doivent faire appel aux centrales à charbon ou au gaz.»

La solution serait d'avoir «un système de prix qui incite à charger aux heures creuses, pendant la nuit».

Mais qui va charger entre minuit et 7 heures du matin ?

«B suffit d'avoir une gestion informatisée de la charge, poursuit Patrick Coroller.

Vous rentrez chez vous, vous branchez votre voiture et l'ordinateur vous alimente quand on passe aux heures creuses.»

Supposer que les véhicules seraient systématiquement rechargés aux heures de pointe est le meilleur argument contre la voiture électrique !

Ses partisans, eux, avancent les chiffres des études françaises, suédoises et suisses où l'électricité est décarbonée (hydraulique, nucléaire).

Les batteries sont très polluantes

VRAI La fabrication des batteries engendre une pollution importante.

D'autant plus qu'elles ont une durée de vie assez courte et qu'il faut en changer plusieurs fois au cours de la vie d'une voiture.

.../...

Paul Loubière

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

........

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........