Les vaches émettent plus de gaz à effet de serre que les voitures - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/01/2010 à 00h31 par Michel WALTER.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les vaches émettent plus de gaz à effet de serre que les voitures

Information déterrée par Michel

L'élevage produit davantage de gaz à effet de serre que le trafic routier, affirme l'Organisation mondiale pour l'agriculture et l'alimentation qui tire le signal d'alarme.

« Le secteur de l'élevage émet des gaz à effet de serre qui, mesurés en équivalent CO2, sont plus élevés que ceux produits par les transports », indique l'agence des Nations unies (FAO) dans un rapport sur les dégâts provoqués par l'élevage dans le monde. L'élevage représente 9% du CO2 dérivant des activités humaines, mais il produit une grande part des gaz à effet de serre les plus nocifs.

Le secteur est responsable de 65% des émissions d'hémioxyde d'azote - imputables essentiellement au fumier - qui a un potentiel de réchauffement global 296 fois plus élevé que le CO2. En outre, l'élevage représente 37% de tout le méthane rejeté par les activités humaines (agissant sur le réchauffement 23 fois plus que le CO2) en grande partie produit par le système digestif des ruminants, et 64% de l'ammoniac qui contribue sensiblement aux pluies acides.

Réduire la fermentation digestive par l'alimentation

Les terres et les eaux de la planète sont en outre détériorées à grande échelle par le surpâturage, note le rapport qui estime ainsi « que les animaux d'élevage sont devenus la principale source de contamination, par le phosphore et l'azote, de la mer de Chine du Sud, contribuant à la perte de la biodiversité des écosystèmes marins ».

D'après les estimations de la FAO, la production mondiale de viande devrait plus que doubler, passant de 229 millions de tonnes en 1999/2001 à 465 millions de tonnes en 2050, tandis que celle de lait devrait grimper de 580 à 1.043 millions de tonnes.

Les animaux de boucherie et les animaux laitiers représentent désormais environ 20% de toute la biomasse animale terrestre, ajoute la FAO.

« Les coûts environnementaux par unité de production animale doivent être réduits de moitié, ne serait-ce que pour éviter d'aggraver le niveau des dégâts », avertit l'agence. La FAO propose notamment d'améliorer l'alimentation des animaux pour réduire la fermentation dans leur système digestif et de mettre en place des usines de biogaz pour recycler le fumier.

Source temoignages.re

Dossier réchauffement planétaire

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel WALTER
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr