Les ultras de la cause animale veulent frapper fort à la fin du mois - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/08/2009 à 00h53 par Phil.


LES ULTRAS DE LA CAUSE ANIMALE VEULENT FRAPPER FORT À LA FIN DU MOIS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les ultras de la cause animale veulent frapper fort à la fin du mois

Information sélectionnée par Phil', qui refusera de se laisser inoculer des substances dangereuses pour la santé et de cautionner ainsi l'expérimentation animale.

Jusqu'à preuve du contraire, SHAC n'est pas responsable de l'incendie du chalet du patron de Novartis. (lire article du Nouvel Obs)

Qui sont les véritables extrémistes : les défenseurs de la cause animale ou bien ceux-là même qui emprisonnent et torturent des millions d'animaux chaque année (12 millions rien que dans l'UE) ?

Du 24 au 30 août, les organisateurs de la campagne contre le laboratoire d'expérimentation animale Huntingdon appellent à une semaine d'action. Pour eux, la vie de Daniel Vasella vaut autant que celle d'un lapin.

Novartis est l'une des principales cibles.

Très présents en Suisse, ces extrémistes ne s'arrêteront pas. Pour eux, la vie de Daniel Vasella vaut autant que celle d'un lapin.

Ils ne s'arrêteront pas après la série d'attaques contre Daniel Vasella.

Les ultras de la cause animale ont commencé, il y a quelques années, par sprayer des voitures. Taguer des murs. Ouvrir des cages.

Cette semaine, ils ont franchi un pas dans la radicalisation, en incendiant le chalet autrichien du patron de Novartis. Jusqu'où iront-ils?

Vendredi, le ministre de la Formation et de la recherche, Pascal Couchepin, se voulait rassurant: l'Etat n'acceptera pas ces actes.

Tout porte à croire pourtant que l'escalade ne fait que commencer, et que la Suisse est une cible privilégiée.

Sur son site Internet, la campagne SHAC (Stop Huntingdon Animal Cruelty, lire ci-dessous), basée en Angleterre, annonce une semaine d'action du 24 au 30 août.

Dans la ligne de mire: Novartis, ainsi que deux autres firmes pharmaceutiques ayant des sites en Suisse.

Si le mouvement se défend d'être impliqué dans les attaques contre Daniel Vasella, Claire, l'une de ses activistes, répondait cette semaine au «Matin Dimanche» que «SHAC et plusieurs autres organisations et individus poursuivront leurs actions à des niveaux très différents jusqu'à ce que ces entreprises ne soient plus clientes du laboratoire d'expérimentation animale Huntingdon Life Sciences».

Réunions de 300 personnes en Suisse

Claire n'a pas précisé ce qu'elle entendait par «à des niveaux très différents». Mais le ton est donné.

En surface, des manifestations pacifiques, auxquelles participent une majorité de militants. Et, dans l'ombre, des actions directes, perpétrées par une poignée d'extrémistes.

Le phénomène est connu de la police et des spécialistes de l'activisme pour la libération animale.

«En février 2008, plusieurs dizaines de personnes avaient manifesté contre Novartis, notamment à Barcelone, lors d'une semaine d'action, relève Jean-Marc Flükiger, doctorant à l'Université de Fribourg spécialisé dans le terrorisme. Cette manifestation avait été précédée et suivie de visites à domicile contre des cadres de l'entreprise à Barcelone et à Madrid.»

Un constat inquiétant, d'autant plus que les manifestations en faveur de la cause animale se multiplient en Suisse, parallèlement aux activités des ultras.

Après une réunion à Langenthal le 21 février, c'est Fribourg qui sera le théâtre d'une manifestation contre l'expérimentation animale le 19 septembre.

Alors que le Service de renseignements de la Confédération (SAP) fait état d'une cinquantaine d'activistes en Suisse, le Festival pour les droits des animaux de Bremgarten (AG) a réuni, selon nos informations, quelque 300 personnes les 23 et 24 mai 2008.

Et le deuxième jour de la manifestation, à midi, juste après le brunch végétalien, un militant de la campagne SHAC était venu tout exprès de Grande-Bretagne pour informer ses amis suisses.

A l'image de Pierre*, qui habite la région lausannoise, les militants les plus actifs n'hésitent pas à se déplacer à l'étranger pour rencontrer d'autres activistes.

Lui-même s'est, par exemple, rendu à un festival «vegan» de Brighton il y a quelques mois. Et, sans surprise, des gens de SHAC étaient présents.

Le contexte actuel n'est pas à la pacification. Si la police fédérale faisait état d'une année 2008 plutôt calme sur le front de l'extrémisme de la libération animale, 2009 a été marquée à ce jour par de nombreuses actions radicales, revendiquées sur le site du Front de libération des animaux (ALF). Pourquoi un tel emballement?

Depuis l'an dernier, c'est l'escalade

2008 a marqué un tournant dans les activités des ultras de la cause animale, avec l'arrestation et la condamnation en Angleterre des leaders de SHAC, ainsi que de nombreux activistes liés à cette campagne.

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur le lien utile ci-dessous.

© Edipresse Publications SA