Les réserves en eau vues de l'espace - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/10/2009 à 20h48 par Jacques.


LES RÉSERVES EN EAU VUES DE L'ESPACE

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les réserves en eau vues de l'espace

Information sélectionnée par Jacques

Le satellite GRACE (Gravity Recovery & Climate Experiment) lancé par la NASA et l'agence spatiale allemande en 2002 permet d'évaluer le niveau des réserves d'eau souterraine depuis l'espace. Cet appareil permet en effet de mesurer la décharge des nappes phréatiques, autrement dit les aquifères, à partir des variations de la gravité.

Ce satellite a notamment permis de révéler l'ampleur de la sécheresse du bassin Murray-Darling, le réseau hydrographique le plus important de l'Australie. La surexploitation des réserves en eau, les problèmes de pollution et de salinité ainsi que l'importante sécheresse qui sévit depuis 2001 ont conduit à une profonde dégradation du système.

Au titre des conséquences, le bassin connait depuis maintenant plusieurs années des températures estivales anormalement élevées.

Une étude conduite par des chercheurs australiens de l'Université James Cook, de l'Université Nationale Australienne (ANU) et du CSIRO et par un chercheur français du CNRS a révélé l'impact de la sécheresse dans cette région où la pluviosité a été très faible pendant plusieurs années de suite.

La sévérité de la sécheresse et son impact sur les réserves d'eau ont été évalués, à l'échelle du bassin, grâce à une étude combinant des données satellite, des mesures in situ et obtenues à partir de modèles hydrogéologiques. Les données satellite du programme GRACE ont été utilisées d'une part, pour quantifier les déficits en eau contenues dans des réservoirs (retenues d'eau artificielles ou naturelles), sols et nappes souterraines et d'autre part, leurs variations au cours du temps.

Le bassin a perdu environ 200 km3 entre 2000 et 2008, et seulement 6% de ce déficit concerne l'eau de surface. Les eaux souterraines représentent plus de la moitié du déficit et l'humidité du sol, le reste.

Les observations montrent un assèchement rapide des réservoirs et des sols pendant les deux premières années après le début de la sécheresse en 2001, avec une perte d'environ 12 et 80 km3 respectivement, entre janvier 2001 et janvier 2003.

La sécheresse a conduit à l'assèchement presque complet des réservoirs d'où provient la presque totalité de l'eau utilisée pour l'irrigation et la consommation domestique. Les aquifères continuent encore à se vider 6 ans après le commencement de la sécheresse, avec une perte de 104 km3 d'eau entre 2001 et 2007. La sécheresse hydrologique a continué après le retour à des précipitations normales pendant l'année 2007.

De même entre 2002 et 2008, GRACE a permis d'observer une baisse moyenne de 4 cm par an des nappes des Etats indiens du Pendjab, du Rajasthan et de l'Haryana, selon une étude publiée dans la revue Nature jeudi 13 août. Ces réservoirs naturels ont perdu 109 km cube d'eau, l'équivalent du triple des prélèvements d'eau effectués pour couvrir les besoins de la France chaque année...

"Si des mesures ne sont pas prises rapidement pour assurer un usage de l'eau durable, préviennent Matthew Rodell (NASA) et ses cosignataires, les conséquences pour les 114 millions d'habitants de la région pourraient être une baisse de la productivité agricole et des pénuries d'eau potable conduisant à d'importantes tensions socio-économiques."