Les requins-baleines et la marée noire... - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/09/2010 à 16h28 par Frédéric Lepers.


LES REQUINS-BALEINES ET LA MARÉE NOIRE...

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les requins-baleines et la marée noire...

Surpêché pour ses ailerons aux vertus aphrodisiaques, le requin-baleine est inscrit sur la liste des espèces vulnérables.

La marée noire dans le golfe du Mexique mène ce géant des mers vers sa perte. Le Canada en subirait les effets par ricochet.

Les requins-baleines (Rhincodon typus) sont les plus gros poissons des océans : ils peuvent peser jusqu'à 34 tonnes et mesurer plus de 20 mètres. Ils font partie des élasmobranches, la famille des requins (ou squales) et des raies.

Ce sont de gentils géants qui se nourrissent de plancton, de krill ou de larves de poissons.

Le nombre exact d'individus est un mystère, car ils migrent sur de longues distances, de préférence dans les eaux tempérées.

Le plus long voyage enregistré d'un requin-baleine serait de 13 000 km sur une période de 36 mois. Dans l'Atlantique, ils ont été observés aux abords de la ville de New-York.

Les squales viennent se nourrir à l'embouchure du Misissippi. Des spécimens ont été aperçus près des nappes d'huile par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Impacts écotoxicologiques

Eric Hoffmayer, un chercheur au Gulf Coast Research Laboratory, craint que les requins-baleines prennent l'huile pour leur nourriture, en plus de consommer du plancton contaminé.

Selon le biologiste, une mare d'huile présenterait une certaine ressemblance avec leurs proies, un amas sombre flottant à la surface de l'eau.

À plus long terme, ils pourraient souffrir d'immunosuppression", continue-t-il. Il y a des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) dans le pétrole brut qui affaiblissent le système immunitaire et augmentent les risques d'infection.

Certains hydrocarbures imitent l'oestrogène. En métabolisant le pétrole, les requins-baleines pourraient donc subir des perturbations de leurs glandes endocriniennes. "Cela peut causer toutes sortes de problèmes de reproduction", soutient Dr Hoffmayer.

Une recherche menée en 2006 par Melanie Gross-Sorokin, de l'Agence environnementale du Royaume-Uni, a démontré des altérations du système reproducteur chez des poissons vivant dans des eaux polluées par desbiphényles polychlorés (BPC).

Elle a observé la féminisation de mâles : ils produisaient des oeufs, présentaient des organes reproducteurs atrophiés et fabriquaient moins de sperme.

Or, le pétrole brut contient du benzène, un hydrocarbure aromatique cancérigène responsable de perturbations hormonales semblables à celles causées par les BPC.

Greenpeace aide les scientifiques

Greenpeace a déployé un navire dans le golfe du Mexique pour réaliser des études indépendantes sur les impacts de la marée noire.

Le Arctic Sunrise accueille des scientifiques pour observer le corail et les éponges. Ces animaux sont d'excellents indicateurs de la pollution de l'eau puisqu'ils se nourrissent en filtrant les sédiments qui la composent.

D'autres chercheurs examinent le plancton aux environs de la plateforme explosée.

L'étude de ces minuscules animaux et plantes de surface permettra de prévoir les effets sur les larves de poissons qui s'en nourrissent, comme les thons rouges.

L'expédition de trois mois permettra aussi à des spécialistes en mammifères marins d'observer des dauphins et des baleines. Ils examineront leur comportement depuis la fuite de pérole.

D'autres chercheurs encore étudieront les "zones mortes" du golfe. Ces endroits sont ceux où le pétrole est absorbé par des bactéries, processus qui retire tout l'oxygène de l'eau. Aucune vie ne subsiste dans ces zones.

Télémesure aquatique

À la Isla Mujeres au Mexique, l'écotourisme est basé sur l'observation de requins-baleines. Durant l'été, l'île accueille des centaines de squales, surnommés dominos à cause de leurs motifs distinctifs.

(...)

Une population déjà décimée

Déjà, la population mondiale aurait chuté depuis les 50 dernières années, à cause de la surpêche. Sa pêche est interdite aux États-Unis et dans les Caraïbes, mais pas en Asie.

(...)

"C'est une espèce clé dans l'écosystème, car elle se nourrit au bas de la chaîne alimentaire", soutient le biologiste Eric Hoffmayer. Leur sort pourrait bien devenir le baromètre de la qualité de la vie du golfe du Mexique.

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Source"

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 





Auteur : par GaïaPresse OBNL

Source : www.gaiapresse.ca