Les produits «verts» progressent malgré leur coût - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/06/2010 à 17h27 par Tanka.


LES PRODUITS «VERTS» PROGRESSENT MALGRÉ LEUR COÛT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les produits «verts» progressent malgré leur coût

La vente de produits respectueux de l'environnement progresse malgré leur surcoût selon une étude publiée par Kelkoo. Les équipements à économie d'énergie représenteront la plus forte croissance, à l'inverse de l'alimentation.

Les Français dépensent de plus en plus dans les produits «verts» bien que ces derniers leur coûtent 51% de plus qu'un produit standard, selon une étude menée par le Centre for Retail Research et mandaté par le site de shopping en ligne Kelkoo.fr. Le rapport, qui souligne que les produits et leurs emballages représentent la principale source d'émission de gaz à effet de serre générés par les ménages, s'intéresse à la consommation des produits «respectueux de l'environnement, éco-conçus, économes en énergie et facilement recyclables».

Selon l'étude, le surcoût devrait baisser à 43% d'ici deux ans et la vente des produits «verts» parmi les ventes totales de produits de détail devrait augmenter de pas moins de 429%, passant de 2,4% en 2009 à 4,4% dans cinq ans. Cette proportion reste néanmoins faible, le secteur «vert» demeurant un marché de niche.

L'alimentaire et les boissons bio représentent aujourd'hui le principal poste de dépenses dans des produits «verts» avec 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, suivis de l'électronique grand public (3 milliards d'euros). Ensemble, ils forment 62% des achats de produits «verts».

Le prix, facteur essentiel

C'est le secteur de l'électronique «vert» qui devrait connaître la plus forte croissance (+200% d'ici 2015) alors que l'alimentation bio ne progressera que de 50%. Le directeur marketing de Kelkoo, Nicolas Jornet, rappelle que la récession a modifié les comportements d'achat, favorisant les équipements à économie d'énergie et pénalisant l'alimentation aux prix dissuasifs.

Le prix, rappelle Nicolas Jornet, est le «facteur essentiel à l'essor des produits écologiques». Les consommateurs pourraient alors se tourner vers l'achat en ligne, qui leur permet d'économiser en moyenne 12% du prix des produits non alimentaires «verts» (contre 18% pour les produits non «verts»). Mais l'achat sur Internet reste limité: il ne devrait représenter que 11,7% des ventes de produits verts en 2015, contre 6,9% aujourd'hui.

Les Français se situent aujourd'hui au quatrième rang européen des dépenses moyennes annuelles en produits verts, avec 413 euros. La Suisse est première du classement avec 555 euros par an et l'Espagne ferme la marche avec 351 euros.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

.





Auteur : Sophie Amsili

Source : www.lefigaro.fr