Les plantes souffrent aussi - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/02/2011 à 17h37 par Tanka.


LES PLANTES SOUFFRENT AUSSI

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les plantes souffrent aussi

L'extinction des espèces d'oiseaux dans le monde rend plus difficile la vie de nos arbres et des plantes.

Maintenant, de nouvelles études mondiales démontrent que les plantes souffrent de l' absence des animaux,cruciaux pour la pollinisation et la dispersion des graines.

L'étude a été effectuée par une équipe de biologistes, démontrant que des espèces de gui de la Nouvelle-Zélande sont en difficulté en raison d'un manque d'oiseaux pollinisateurs.

Le pays a perdu près de la moitié de ses espèces d'oiseaux depuis 1839.

On les trouve dans l'arbuste Rhabdothamnus natif,réputé pour ses fleurs oranges brillantes qui regorgent de plusieurs espèces d'oiseaux pollinisateurs,présents nul part ailleurs dans le monde.

Ils ont des becs et de longues langues parfaitement adaptés pour les arbustes.

Mais ceux-ci ont migré en Nouvel-Zélande du Nord à cause des animaux importés par les européens, tels que les chats domestiques (Felis catus), le rat noir (Rattus rattus), les hermines (Mustela erminea) et les opossums brushtail (Trichosurus vulpecula).

Heureusement, des espèces d'oiseaux survivent sur certaines petites îles au large de la côte Barrier-Little, Tiritiri Matangi et Lady Alice,heureusement épargnées par les contacts avec les humains(les envahisseurs)car trop petites.

Et dans de nombreux cas,les mammifères nuisibles, tels que les chats sauvages qui parcouraient Little Barrier Island jusqu'en 1980, ont été éradiqués.

Ainsi, les biologistes ont soigneusement répertoriés les arbustes à fleurs dans les parcelles à la fois sur les îles aux oiseaux et sur le continent.

Suite à la disparition des oiseaux , les arbustes à fleurs sur le continent produisent des fruits plus petits et seulement 37 graines par fleur, comparativement à 232 graines par fleur pour les arbustes sur les îles aux oiseaux.

Près de 80% des fleurs sur les petites îles ont été visitées par les oiseaux, alors que seulement 25% des fleurs continentales l'avaient été.

Et bien que les arbustes à maturité persistent sur le continent dans des proportions similaires, il existe moins de la moitié de jeunes pousses de plantes comme des champignons pour les remplacer.

« La pollinisation a probablement diminué vers 1870, date à laquelle le nombre de bellbirds et les populations de stitchbird sur l'île du Nord ont chuté», explique la biologiste Dave Kelly de l'Université de Canterbury à Christchurch, l'un des scientifiques les plus impliqués dans la recherche.

D'autres insectes ne sont malheureusement pas assez efficaces pour endiguer ce grave phénomène.


Les biologistes ont écrit dans le document décrivant en détail leurs conclusions : publiés en ligne .

Kelly ajoute: «Habituellement, quand la pollinisation ne s'opère pas, c'est parce que la fleur est trop grande pour que les insectes puissent atteindre les parties de celle-ci afin de faire leur travail. »

« Cette baisse aurait très bien pu échapper à l'attention, parce qu'elle est tellement progressive .... Il se peut que des baisses similaires aient commencées d'ailleurs. »

«Je serais prêt à parier qu'il y a d'autres plantes en déclin dans d'autres parties du monde pour cette même raison, mais cela n'a pas encore été quantifiée , dit M. Kelly.

«En Nouvelle-Zélande, nous voulons vérifier si d'autres oiseaux pollinisateurs sont également en déclin. Nous savons que la majorité d'entre eux bénéficie de restriction de graines. »

Au 19 e siècle en Amérique du Nord, le pigeon voyageur a été un grand consommateur de noix de caryer, de hêtres et de châtaigniers dans la vaste forêt de feuillus de l'Amérique du Nord.

Cette forêt a pratiquement disparu et les châtaignes ont été presque entièrement anéanti par la maladie.

Cela pourrait très facilement être un problème pour les plantes dans le monde entier, étant donné qu'au moins 190 espèces d'oiseaux ont disparu depuis 1500 ans et plus d'un millier sont actuellement menacés de disparition.

« Les interactions entre les espèces sont importantes pour la préservation des écosystèmes et pour leur bon fonctionnement », souligne Kelly.

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : universnature

Source : universnature.wordpress.com