Domination actuelle du Vivant: Ce n'est pas à un vieux singe du KGB qu'on apprend à faire la grimace

Les pierres du bord de mer sont pleine de vie - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/04/2011 à 19h28 par pam.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les pierres du bord de mer sont pleine de vie

 

L'association Iodde en appelle à une pêche à pied responsable.
Elle tire les leçons aprises sur sa concession de Chassiron.

C'est fou, tout le petit monde vivant qui peut s'ébattre en bord de mer.

«Sur un seul caillou de l'estran, on recense 70 espèces différentes», assure Adrien Privat, l'un des cinq permanents de l'association Iodde: Ile d'Oléron Développement Durable Environnement.

Ce chiffre de soixante-dix n'est pas cité au hasard.

Il résulte d'une étude menée sur ce bout de rivage, au droit du phare de Chassiron, qu'Iodde appelle «concession scientifique».

Depuis sa création en 2005, l'association s'emploie à qualifier l'activité de pêche à pied et son impact sur le milieu naturel, pour en tirer les principes d'une pêche durable.

«Notre but n'est surtout pas d'interdire !» assure le jeune Adrien, lui-même Oléronais et amateur de cette pratique traditionnelle.

«Elle fait partie de notre identité.

C'est une activité libre, gratuite, ce qui n'est plus si courant.

Mais pour pouvoir s'y adonner encore longtemps, il faut prendre certaines précautions».

Profitant des grandes marées, Iodde fait donc de l'éducation, informant le touriste sur les mailles à ne pas dépasser et comportements à respecter.

Ses membres participent aussi à des recherches universitaires sous tutelle de l'université de La Rochelle.

 

 

380 espèces sur 4 m2.

A l'ouest de Chassiron, l'association dispose donc d'une concession de 26 hectares vouée à la science.

«Au début, il y a eu des rumeurs.

Les gens croyaient qu'on allait s'aliéner d'énormes portions de littoral, mais 26 hectares, ce n'est pas beaucoup et les pêcheurs ont constaté qu'alentour, il y avait davantage d'étrilles» raconte Bertrand Piquès, autre permanent d'Iodde.

Sur la concession, un jeune thésard de l'université a quantifié les espèces présentes.

«Il en a relevé 380 sur à peine 4 m2 et 70 en moyenne par pierre».

Le biologiste a aussi démontré que retourner ces cailloux, ce que fait le pêcheur d'étrilles, conduisait à une perte de 30 à 70 % de cette biodiversité.

«D'un côté vit le petit peuple de la lumière et de l'autre celui de l'ombre qui ne supporte pas le soleil.

Une fois la pierre retournée, les anémones meurent, les pontes de poissons sont détruites».

Sur les sites les plus prisés de ramassage de crustacées et coquillages, les pierres ont fini par devenir blanches, perdant leurs éponges orangées et toute coloration d'une vie qui ne les habite plus.

D'où la nécessité de changer le comportement du pêcheur à pied.

«L'avantage, c'est que le milieu marin se régénère très vite», fait observer Bertrand Piquès.

«Quand vous rasez une forêt primaire, il faut des centaines d'années pour la retrouver à l'identique mais là, en deux ans, la biodiversité se reconstitue».

Les membres de l'association Iodde ont donc bon espoir de voir leurs efforts récompensés.

Déjà, ils en mesurent les effets sur le banc de Boyardville.

«Lors de nos premières campagnes de sensibilisation, 96 % des pêcheurs à pied ignoraient tout de la réglementation.

Aujourd'hui, 40 % savent quelle est la taille réglementaire pour ramasser les coques».

 

Un article de Agnès MARRONCLE, publié par Charente Libre

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 

Auteur : Agnès MARRONCLE

Source : www.charentelibre.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter pam
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.