Les opposants au nucléaire n'ont pas été rassurés par François Fillon - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/08/2011 à 13h35 par Kannie.


LES OPPOSANTS AU NUCLÉAIRE N'ONT PAS ÉTÉ RASSURÉS PAR FRANÇOIS FILLON

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les opposants au nucléaire n'ont pas été rassurés par François Fillon

 

NUCLEAIRE - Après la visite du Premier ministre à la centrale du Bugey ce lundi, les anti-nucléaire français et suisses ont manifesté leur mécontentement...

Un Premier ministre, un ministre de l'Energie et une ministre de l'Environnement n'auront pas suffi à tranquilliser les voisins de la centrale du Bugey, dans l'Ain.

En visite lundi dans la seconde plus vieille centrale française, François Fillon, accompagné de Eric Besson et Nathalie Kosciusko-Morizet, a réaffirmé «l'engagement intangible des pouvoirs publics et singulièrement de mon gouvernement que d'assurer, dans un processus continu et exigeant, la qualité et la sûreté de notre parc nucléaire».

Dernier incident en date le 9 août

Mais le choix du Bugey, mise en service en 1979 à 35km de Lyon, pour cette déclaration, a fait tiquer les antinucléaires. «Ce site est en effet un des plus dangereux de France», a réagi le réseau Sortir du Nucléaire, qui appelle à un rassemblement le 15 octobre devant la centrale pour demander sa fermeture.

Ses réacteurs, contemporains de ceux de Fessenheim, vieillissent et cumulent les dysfonctionnements, qu'il s'agisse de l'usure des composants ou de la gestion du site. Cette année, les incidents remettant en cause la sûreté du site se sont accumulés».

Dernier en date : le 9 août dernier, des gravats présentant des traces de radioactivité ont quitté par erreur la centrale pour être déversé dans une décharge. Les écologistes, qui estiment à 70 milliards d'euros le coût du renforcement des normes de sécurité pour les centrales françaises, réclament également son arrêt. «On peut économiser une partie de cette somme en fermant les sept ou huit centrales à bout de souffle, dont le Bugey et le Tricastin», estime Michèle Rivasi, députée européenne (EELV).

Les Verts suisses alertent sur les risques sismiques

Les voisins suisses, qui ont opté pour une sortie du nucléaire, ont également manifesté leur mécontentement. Sous le slogan de «méFillon nous», les Verts suisses ont manifesté devant le Consulat français de Genève, rapporte la Tribune de Genève. «Alors même que François Fillon vante les mérites du nucléaire à Bugey, nous rappelons qu'il s'agit de la technologie la plus dangereuse qui existe, a déclaré Ueli Leuenberger, conseiller national.

Bugey est à moins de 80km de Genève. Ce n'est pas seulement une des plus anciennes centrales de France, elle doit devenir un dépôt radioactif pour toute la France». Rappelant que «le nucléaire est un enjeu qui dépasse les frontières», les Verts suisses ont souligné que «la centrale du Bugey n'est plus conforme aux normes sismiques actuelles. En cas de tremblements de terre, il subsiste de grands dangers.»
 

Un article de Frédéric Crouzet à Lyon et Audrey Chauvet, publié par 20minutes.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Frédéric Crouzet à Lyon et Audrey Chauvet

Source : www.20minutes.fr