Les ONG et l'alerte écologique - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/12/2009 à 15h59 par Tanka.


LES ONG ET L'ALERTE ÉCOLOGIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les ONG et l'alerte écologique

Information recueillie par Tanka

La préoccupation écologique semble aujourd'hui faire consensus. On en oublierait presque que ce sont des ONG, longtemps perçues comme marginales, qui les premières ont donné l'alerte et porté le mouvement pour la protection de la planète. Retour sur trente années de mobilisations qui ont changé les représentations.

La défense de l'environnement appartient à la catégorie de ces grandes causes mondialisées comme la lutte contre les discriminations ou la promotion des droits de l'homme. Ce qui se joue à Copenhague relève d'un agenda international qui réunit les représentants des gouvernements, les experts internationaux et les organisations non-gouvernementales (ONG).

Le rôle de ces dernières en matière de protection de la planète est complexe ; toutefois, depuis l'origine, le coeur de leur action consiste à informer l'opinion publique et à diffuser l'idée que les enjeux environnementaux réclament des décisions d'urgence. Il s'agit pour elles d'alerter l'opinion, de souligner les paradoxes des politiques publiques internationales – notamment les écarts de conduite des États.

Cependant, à l'occasion de cette conférence, on peut constater que les ONG ont peu renouvelé leur répertoire d'action collective, c'est-à-dire les manières et les mises en scènes permettant de porter la plainte ou de défendre un intérêt (en l'occurrence, la défense de l'environnement). Si le scénario est si bien réglé que les acteurs ne font pas preuve d'inventivité, c'est que les organisations sont de véritables professionnelles de la contestation et que leur savoir-faire militant est extrêmement bien rôdé.

Dans la galaxie des contestataires écologistes, certains groupuscules affectionnent l'action directe sans pesanteur organisationnelle (anti-pub, antivivisection, etc.), d'autres réseaux d'obédience anarchiste et antimondialisation peuvent choisir des modes de vie radicalement alternatifs (squatt, retour à la nature). Les partis politiques écologistes, quant à eux, impulsent de nouvelles orientations, relaient des préoccupations notamment environnementales. Tous ces acteurs interagissent, parfois se connaissent, se croisent au moment des grandes mobilisations fédératrices. Néanmoins, les ONG ont un profil tout à fait singulier et incontournable au niveau des négociations internationales.

Tour à tour expertes mandatées par les institutions internationales (onusiennes) ou agitatrices maniant l'arme de la mobilisation de l'opinion publique, certaines savent jouer des deux registres tandis que d'autres, en raison de leur histoire, excellent dans l'un plutôt que dans l'autre. WWF, Sierra Club ou IUCN sont reconnus par leurs travaux d'expertise sur les questions de protection, tandis que Greenpeace ou Les Amis de la Terre ont une image de trublion qu'elles utilisent à dessein. Le paysage français de la défense de l'environnement à un niveau planétaire s'est trouvé, depuis le milieu des années 1990, transformé par l'action locale de ces ONG, nées outre-Atlantique, et par l'émergence d'un nouvel entrepreneur en mobilisation, Nicolas Hulot, qui reprend des registres d'action déjà éprouvés mais en y ajoutant son aura médiatique et son style personnel.

Au moment où commence la conférence de Copenhague, cet article se penche sur le dynamisme de la mobilisation écologiste qui, à force de persévérance, a réussi à imposer ses préoccupations sur les agendas internationaux. Les ONG, aux profils si variés, sont parvenues à impulser des orientations environnementales ambitieuses alors que les acteurs politiques locaux peinaient à exiger l'application de ces mesures internationales.

Dans un contexte où les questions environnementales sont prises au sérieux par les opinions publiques nationales et où les bonnes volontés politiques s'affichent de toutes parts, les ONG doivent-elles renouveler leur positionnement ? En effet, de nouveaux acteurs se déclarent écologistes (entreprises) et d'autres se disent prêts à réformer dans ce sens (les dirigeants politiques). Par exemple, le style de la Fondation de Nicolas Hulot est-il si inédit historiquement dans le mouvement écologiste, ou sa nouveauté ne réside-t-elle pas dans une part grandissante de l'engagement des entreprises dans le sponsoring de la démarche pro-environnementale aux côtés des ONG ? Faire campagne d'opinion tout en prenant en compte ce contexte particulier est le défi que doivent relever les ONG.

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Pour en savoir plus sur la situation planétaire