Les oiseaux migrateurs ont du plomb dans l'aile - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/03/2010 à 17h35 par Tanka.


LES OISEAUX MIGRATEURS ONT DU PLOMB DANS L'AILE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les oiseaux migrateurs ont du plomb dans l'aile

Le dérèglement du climat peut-il menacer les oiseaux migrateurs ? La réponse est oui selon un rapport consacré aux oiseaux d'Amérique du Nord. Beaucoup d'espèces ainsi que leur habitat sont en danger. "Les oiseaux migrateurs, surtout les espèces marines, mais aussi les oiseaux d'Hawaii font face à une nouvelle menace, le changement de climat, qui pourrait profondément modifier leur habitat et leur accès à la nourriture et conduire à l'extinction de certaines espèces" a déclaré le secrétaire américain aux Affaires intérieures, Ken Salazar.

albatrosDes oiseaux marins particulièrement vulnérables

Certains oiseaux, dont la survie dépend des océans, ainsi que les oiseaux des îles hawaïennes "sont extrêmement vulnérables au changement de climat" rappelle l'étude.

Les 67 espèces d'oiseaux marins présentes sur le territoire américain, dont les albatros, les pétrels ou encore les puffins marins, sont particulièrement vulnérables parce qu'ils se reproduisent lentement et utilisent des habitats à risque vis-à-vis des modifications climatiques.

PétrelAinsi les albatros de Laysan, une espèce de l'archipel d'Hawaii, et les pétrels des Bonin, des palmipèdes au bec crochu qui se reproduisent sur des îles proches du niveau de la mer, sont menacés par la montée des eaux des océans. Plusieurs espèces de l'archipel d'Hawaii, comme le Puaiohi et l'Akiapola jaune et vert, luttent déjà contre une recrudescence de la population de moustiques porteurs de malaria en raison du changement de climat.

TF1-LCI hibouQuels sont les dangers encourus ?

Des oiseaux plus communs, comme l'huîtrier pie, noir, haut sur pattes et au long bec rouge, le hibou ou tout simplement le canard pilet sont eux aussi à la merci d'une accélération des changements climatiques.

Les régions montagneuses et arctiques où la hausse des températures "va réduire de façon significative l'eau disponible et la végétation, risquent de voire "disparaître" le Lagopède à queue blanche ou tout simplement les passereaux, avertit encore le rapport.

"Les oiseaux sont d'excellents indicateurs de la santé de notre environnement et sont en train de nous dire quelque chose d'important sur le changement de climat" a indiqué Kenneth Rosenberg, un responsable du laboratoire Cornell d'ornithologie.

Source : ushuaia.com

Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire