Les océans, des inconnus en danger - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/09/2010 à 22h19 par Fred.


LES OCÉANS, DES INCONNUS EN DANGER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les océans, des inconnus en danger


Daniel Kaplan intervient cette année à la conférence PICNIC, qui se tient à Amsterdam du 22 au 24 octobre 2010.

Il en profite pour rendre compte de certaines des plus intéressantes interventions de ces 3 jours.

L'océanographe David Gallo nous propose de “redesigner le monde”.

Pour lui, nous ignorons la majeure partie de notre planète, les 70% de sa superficie qui se trouvent sous la mer.

On y trouve des chaînes de montagnes plus accidentées que l'Himalaya, mais aussi... des chutes d'eau et des rivières (qui sont évidemment des courants massifs), des lacs.

Un espace, une ressource extraordinaire... pourtant, alors que nous savons envoyer un robot sur Mars et le piloter à distance, nous ne savons pas boucher un puits de pétrole quelques centaines de mètres sous la mer !

Gallo nous emmène avec lui dans ces voyages dans les grandes profondeurs marines.

Il nous fait rencontrer des animaux étonnants, pas les poissons monstrueux de notre enfance, mais des sortes d'hybrides entre la méduse, le mollusque et le poulpe, preuves étonnantes de l'adaptabilité du vivant.

On y croise toute l'histoire de l'humanité navigante, sous la forme d'épaves et de leur cargaison, parfois conservées pendant des siècles.

Avec d'autres collègues, il prépare un modèle en 3D qui nous permettra d'explorer l'épave du Titanic.

Les grandes profondeurs sont noires. La pression y est énorme.

L'activité volcanique et sismique y est importante.

On ne s'attendrait pas à y trouver de la vie, pourtant elle existe en abondance, anémones, crabes, poissons.

Dans une fosse polluée par des geysers d'eau bouillante et toxique (pour nous), il a trouvé plusieurs centaines d'espèces jusqu'ici inconnues, qui vivent en symbiose avec [si j'ai bien compris, Ndlr] des microbes qui se nourrissent des substances toxiques du geyser.

Même à des profondeurs moins extrêmes, on observe des comportements animaux spectaculaires :

des pieuvres qui, face au danger, changent de couleur et de texture pour se fondre intégralement dans leur environnement ; ou encore, qui prennent d'un côté une couleur signalant l'aggressivité (par exemple pour éloigner les autres mâles) et de l'autre, une couleur amicale (pour séduire la femelle)...

Or nous n'aurions exploré que 4% de la superficie des océans.

Et nous en détruisons les ressources, en pêchant trop, en rejetant des hydrocarbures, et plus encore en jetant dans les océans des masses de déchets quotidiens.

L'océan ne fournit pas seulement des poissons, des algues et du pétrole ; il absorbe aussi 30% du CO2 de la planète, par exemple.

L'océan est vaste, mais ses ressources ne sont pas infinies. Il y a beaucoup de surfaces émergées, mais si nous prenons en compte la profondeur moyenne, le volume d'eau comparé au volume total de la planète est tout petit.

Nous devons cesser de prendre les océans comme des acquis.

Faire attention à la planète commence par respecter ses mers, et s'y intéresser.

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 





Source : fing.tumblr.com