Les nanoparticules vont-elles tout résoudre ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/11/2010 à 13h24 par Fred.


LES NANOPARTICULES VONT-ELLES TOUT RÉSOUDRE ?

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les nanoparticules vont-elles tout résoudre ?


On trouve actuellement des produits solaires qui nourrissent la peau, la protègent mieux contre les UV tout en étant plus faciles à appliquer.

Des matériaux de construction qui se réparent tous seuls, des fenêtres que la pluie nettoie, qui s'obscurcissent pour empêcher le soleil de rentrer ou qui évitent toute formation de buée.

De la peinture qui purifie l'air ambiant, de l'huile qui empêche l'entrée du cholestérol dans le sang, des substituts alimentaires qui brûlent les graisses, des médicaments à effets ciblés.

(...) des pesticides qui ne causeraient aucun mal aux insectes utiles comme l'abeille.

C'est magique ? Non ce sont les nanoparticules qu'on obtient grâce aux nanotechnologies.

De quoi s'agit-il ?

Les nanotechnologies sont des technologies qui permettent la conception, la manipulation et la fabrication de structures ou d'objets à l'échelle nanométrique, c'est à dire 100.000 fois plus petit que l'épaisseur d'un cheveu humain.

Il s'agit donc de la technologie de l'infiniment petit.

Ce qu'il y a d'intéressant à cette taille c'est que les propriétés physico-chimiques de la matière peuvent significativement différer de celles obtenues à une plus grande échelle.

Pour mieux comprendre, prenons le carbone sous une de ses formes naturelles: le charbon.

Ce dernier est friable, lourd, peu résistant et rigide.
Sous ses formes nanométriques, le carbone devient souple, léger et la cohésion entre atomes et molécules est du même ordre que pour le diamant, il devient donc très très résistant.

(...)

Qu'en penser ?

Les applications et les perspectives sont magiques.

À l'évidence, les nanotechnologies devraient, ces prochaines années, avoir des répercussions économiques majeures.

Certains présentent ces technologies comme la révolution industrielle du 21e siècle. Elles devraient permettre la création de nombreux emplois qualifiés.

Mais sont-elles sans risque sur la santé ?
Les nanoparticules passent-elles les barrières biologiques ?

En fait, on n'en sait rien et malheureusement les budgets qui sont alloués à la recherche sur l'impact des nanotechnologies sur la santé humaine et l'environnement restent très faibles (1).

Sont-elles biodégradables ?

Il n'y a pas encore d'étude à ce sujet, mais sans doute que non puisqu'elles sont créées pour ne pas l'être.

Un autre problème majeur est qu'il n'y a pas de cadre légal, les lois sont totalement inadaptées aux particularités des nanomatériaux.

Ainsi, ces derniers échappent généralement au règlement européen REACH (2), du fait de leur faible tonnage et l'évaluation méthodologique.

Il paraît urgent:

•Qu'une information suffisante soit disponible sur les propriétés des nanosystèmes moléculaires et des conséquences pour la santé.

•D'obliger les industriels à une information et un étiquetage visibles des produits contenant des nanoparticules créées intentionnellement pour que le consommateur puisse éventuellement en refuser l'usage.

Et pas seulement pour les cosmétiques, comme le prévoit la révision de la directive européenne relative aux produits cosmétiques (3).

•D'encadrer la révolution nanotechnologique afin d'éviter que l'on ne lance de nouveaux produits avant même d'en avoir évalué les risques possibles sur l'humain ou sur la nature.

Tout ceci nécessite:

•De mettre sur pied un cadre légal adéquat. Une nouvelle directive REACH ou une adaptation nous semblent la meilleure solution.

(1)On évalue ces budgets à quelques pour cent des montants alloués à la recherche et au développement de nouveaux matériaux et nouveaux marchés.

(2)REACH est une directive européenne qui mit en place un système d'enregistrement, d'évaluation et d'autorisation des substances chimiques. Avec REACH, les responsabilités sont transférées aux constructeurs et importateurs de produits chimiques.

(3)Directive 76/768 CEE adoptée par le Parlement européen et le Conseil en juin 2009.

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Source"

 
Devenez lanceur d'alertes
 
 
SOS-planete, le site géant! ... Etat de santé réel de la planète






Source : www.crioc.be