Les mystères de la vie sexuelle des tortues à écailles enfin élucidés - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/02/2013 à 06h19 par Tanka.


LES MYSTÈRES DE LA VIE SEXUELLE DES TORTUES À ÉCAILLES ENFIN ÉLUCIDÉS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les mystères de la vie sexuelle des tortues à écailles enfin élucidés

 

ANIMAUX - Les tortues des Seychelles sont monogames et les femelles ont des stratégies bien rodées...

On pourrait penser que la vie sexuelle d'une tortue n'est pas palpitante. Pourtant, les tortues à écailles gardaient bien des secrets que des scientifiques britanniques ont réussi à mettre à jour, rapporte la BBC. En étudiant les populations de tortues à écailles des Seychelles, ils ont découvert qu'elles étaient monogames, ce qui est très rare dans les espèces animales, et que les femelles pouvaient stocker le sperme des mâles pour fertiliser plusieurs couvées.

Ce ne sont pas les prétendants qui manquent

Pour ces tortues qui partent en mer à la rencontre de l'âme soeur et reviennent à terre pour pondre, la fidélité n'est pas un vain mot. Grâce à des tests d'ADN, les chercheurs ont découvert que les oeufs d'une couvée avaient été fertilisés par le même sperme, et qu'aucun mâle ne s'était accouplé avec plus d'une femelle durant les 75 jours de la saison des amours. «Nous avons été surpris de voir que les tortues étaient monogames car c'est plutôt l'exception chez les animaux», explique David Richardson, un des auteurs de l'étude.

Pourtant, ce ne sont pas les prétendants qui manquent. Les femelles auraient même l'embarras du choix, estiment les scientifiques. Mais en stockant le sperme recueilli lors de l'accouplement, elles n'ont pas besoin d'aller voir ailleurs. Néanmoins, il peut arriver qu'une couvée soit fertilisée par le sperme de plusieurs mâles, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour David Richardson : «La diversité génétique permet aux tortues de faire face à de nouvelles menaces ou maladies», explique-t-il.

En danger critique d'extinction, la tortue à écailles aurait donc tout intérêt à être un peu moins fidèle pour s'adapter aux modifications de son environnement.

 

Un article d'Audrey Chauvet, publié par 20minutes.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Audrey Chauvet

Source : www.20minutes.fr