Les multinationales investissent dans les algues pour remplacer l'huile de palme - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/09/2010 à 13h25 par Michel WALTER.


LES MULTINATIONALES INVESTISSENT DANS LES ALGUES POUR REMPLACER L'HUILE DE PALME

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les multinationales investissent dans les algues pour remplacer l'huile de palme

PLANETE - Unilever et Richard Branson apportent des fonds à une start-up californienne...

Les algues font rêver les multinationales soucieuses de l'environnement et de leur image: Unilever et Richard Branson, le célèbre président de l'empire Virgin, viennent d'investir plusieurs millions de dollars dans une société californienne, Solazyme, qui développe des huiles et des carburants à base d'algues. Pas moins de 60 millions de dollars (47 millions d'euros) ont été apportés à Solazyme par différents investisseurs lors de sa dernière levée de fonds, selon le Wall Street Journal.

Des algues pour remplacer l'huile de palme

Décriée pour son impact environnemental désastreux et ses apports excessifs en acides gras saturés, l'huile de palme est un souci majeur pour les industries agro-alimentaires et cosmétiques. Le géant britannique Unilever, qui l'utilise notamment pour fabriquer ses savons Dove ou ses glaces Magnum, espère que les algues pourront avantageusement remplacer l'huile de palme, à condition que les quantités d'huile produites soient suffisantes.

Le groupe britannique teste l'huile d'algues depuis déjà plusieurs mois. Selon les chercheurs, il faudra encore trois à sept ans avant que l'algue ne remplace complètement les autres huiles utilisées, mais ils font confiance à Solazyme pour produire l'huile d'algue à grande échelle.
Une start-up qui démarre fort

De son côté, le businessman Richard Branson a investi personnellement dans Solazyme, se déclarant «excité par le potentiel de Solazyme de fabriquer des huiles pour les carburants, la chimie et l'alimentation à grande échelle».

Déjà soutenue par des investisseurs tels que le groupe pétrolier Chevron ou la banque Morgan Stanley, la start-up de San Francisco a connu un développement fulgurant depuis sa naissance, il y a sept ans.

Déjà 125 millions de dollars (97 millions d'euros) ont été apportés pour développer le procédé unique de Solazyme. Basé sur la fermentation de déchets végétaux par l'action des algues, il pourrait permettre de produire en grande quantité et de manière durable du biodiesel mais aussi des huiles alimentaires ou cosmétiques.

Notre dossier exclusif sur l'invasion d'huile de palme

NDTS :On avance! On avance!





Auteur : Audrey Chauvet

Source : www.20minutes.fr