Les milliardaires philanthropes oui, mais (presque) pas en France - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/12/2010 à 00h03 par Mich.


LES MILLIARDAIRES PHILANTHROPES OUI, MAIS (PRESQUE) PAS EN FRANCE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les milliardaires philanthropes oui, mais (presque) pas en France

Le club mondial des milliardaires philanthropes compte de plus en plus de membres, mais les hyper-riches français passent pour des pingres. Sauf Liliane Bettencourt, pourtant symbole fustigé de ces fortunes qui dépassent l'entendement.

Ce n'est pas encore une campagne. Mais si l'année ne finissait pas, là, dans quelques jours, cela le deviendrait vite, tant 2010 a été marquée, en France, par les coups de sang, les guérillas éditoriales et politiques contre les «hyper-riches» et leurs fortunes hors-échelle humaine par rapport aux revenus de nos concitoyens.

Salaires des tycoons du CAC 40, retraites-chapeau, bonus bancaires... Affaire Kerviel. Surtout, affaire Bettencourt, emblématique à tant de points de vue. Les occasions n'ont pas manqué de s'indigner des disparités sociales; pendant la crise, les super-profits continuent. Tel est le constat général, à l'heure des bilans, et du changement de calendrier.

Alors, évidemment, quelques uns ne résistent pas à l'envie de charger les dernières heures de 2010 d'une ultime salve de plaintes ou de griefs, concoctée sur le pouce.

N'est-ce pas justement le temps caritatif?

Décembre, le mois de la philanthropie? L'hiver, le froid, la neige, même; les messes de minuit du 24 décembre, les reportages, à la télé, sur les sans-abris, le bonheur des familles, et parfois leur gêne, devant les contradictions de plus en plus brutales de l'époque, plus vivement ressenties en cette période.

Le club des (généreux) milliardaires

Puisque les fêtes sont traditionnellement le temps de la générosité publique, l'occasion est jugée idéale, ici ou là, dans les médias, pour rappeler l'initiative prise, cette année, par deux des trois premiers milliardaires de la planète, Bill Gates, fondateur de Microsoft, et le financier Warren Buffet, qui ont entrepris de persuader les milliardaires de la suite de la liste —une sorte de top 100 de la richesse, établi par le magazine Forbes— de céder, comme eux, la plus grande partie de leur fortune aux oeuvres.

Leur regroupement, qui a désormais son site, a pris pour nom «Giving Pledge» (la promesse de don).

Ces riches s'engagent à céder, de leur vivant ou à leur mort, au moins 50% de leurs biens ou avoirs à des organisations de bienfaisance. Leur mouvement prend de l'ampleur.

Après six mois d'émissions de télévision, de meetings et de dîners de gala, ils sont 57 fin décembre à avoir fait cette promesse. Parmi eux, le maire de New-York, Michael Bloomberg, le réalisateur et producteur Georges Lucas, ou encore Barron Hilton, père de la blonde Paris, et créateur de la chaîne d'hôtels qui porte son nom.

Le dernier à avoir rejoint ce qui est devenu en un an le club de plus fermé de la terre est Mark Zuckerberg, fondateur du réseau social Facebook. A eux tous, ces 57-là «pèsent» au moins 104 milliards d'euros, et on peut donc espérer qu'à terme, si ces «redistributeurs» d'un nouveau genre tiennent leur promesse, la moitié de cette somme serve la charité. Ce qui, évidemment, constituerait le record absolu du don.

Bill Gates et Warren Buffet parcourent désormais la planète pour enrôler de nouveaux milliardaires. Rien qu'aux USA, la fortune des plus aisés atteint 1.350 milliards de dollars.

Les croisés du legs envisagent aussi d'aller rallier à leur cause les nouvelles fortunes des pays émergents, en Inde, au Brésil, et même en Chine. L'initiative tourne peu à peu au phénomène culturel et rencontre un écho inattendu.

Elle fait même des émules: 45 milliardaires américains, démocrates et républicains confondus, pour beaucoup déjà engagés dans le Giving Pledge, ont signé récemment une lettre publique demandant à ce que leurs impôts soient... augmentés.

Et ce en pleine campagne politique des Républicains qui veulent obliger le président Obama à prolonger de deux ans les actuelles mesures d'allégement fiscal.

(...)


Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

N.O.M. : le Nouvel Ordre Mondial

Deviens lanceur d'alerte

Le site insolent qui dérange même les anges!





Auteur : slate.fr

Source : www.slate.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • milliardaires