Les méduses prolifèrent dans les eaux territoriales européennes - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/08/2011 à 12h52 par Fred.


LES MÉDUSES PROLIFÈRENT DANS LES EAUX TERRITORIALES EUROPÉENNES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les méduses prolifèrent dans les eaux territoriales européennes

 
L'une des grandes terreurs des vacanciers – nous avons tous au moins une vague idée de son pouvoir de nuisance – a le vent en poupe. Une très mauvaise nouvelle pour les estivants et plus encore pour la chaîne alimentaire, qui s'en trouve bouleversée.

Les méduses sont en pleine conquista, notamment dans la Mer Noire, où cette situation aurait coûté la bagatelle de deux cent quarante millions d'euros aux industries de la pêche et du tourisme depuis les années 1990, précise Oceans 2012, un collectif d'associations qui vient de publier une étude sur les répercussions de la surpêche dans les eaux territoriales européennes.

« L'arrivée des méduses sur les plages à tout moment s'explique par différents facteurs, y compris les courants, la salinité ou la température » mais si le réchauffement climatique a lui aussi, une fois de plus, sa part de responsabilité, des chercheurs « ont montré que la surpêche permet aussi aux populations de méduses de croître de manière exponentielle », rapporte le collectif.

La conjoncture océanique profiterait donc aux cnidaires, qui voient pléthore de leurs concurrents et de prédateurs de fonds marins disparaître, sinon totalement, en tout cas à petit feu.

« La préservation simultanée des affleurements rocheux, refuge des méduses », ferait aussi leurs affaires, soulignent les experts. De plus en plus tributaire des poissons importés, l'Union Européenne (UE) va devoir s'attaquer promptement à ce phénomène, ne serait-ce que parce que la « cuboméduse, la méduse pélagique où la physalie [NDLR : qui a récemment semé la panique du côté de Lacanau (Gironde)] peuvent infliger des douleurs extrêmement fortes, de graves réactions allergiques voire la mort pour des personnes présentant des problèmes cardiaques ou respiratoires », rappelle Oceans 2012.

Une étude de l'Institut des Sciences marines de Virginie (États-Unis) publiée en juin dernier et relayée dans ces colonnes a également mis en avant le goût prononcé des méduses pour le plancton, qui a lui seul aurait déjà démantelé toute une partie du bas de la chaîne alimentaire.

Dans la mesure où elles ne font pas partie du régime alimentaire de la plupart des prédateurs, le haut est lui aussi impacté. Extrêmement riche en carbone, la matière organique des méduses ne peut en outre être absorbée par les bactéries dans son intégralité. Les scientifiques de l'Institut, dont les recherches ont entre autres consisté en des prélèvements dans la York River (Virginie), ont enfin constaté une augmentation significative du nombre de microbes elle aussi inquiétante dans le fleuve.

On veut croire qu'il est encore possible de se donner les moyens de lutter efficacement contre ce fléau aux conséquences multiples pour l'écosystème marin.

 
Lien corrompu : cliquer ici

 

Un article de Guillaume Duhamel, publié par zegreenweb.com
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Guillaume Duhamel

Source : www.zegreenweb.com