Les "indignés" de Zurich délogés après un mois d'occupation - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/11/2011 à 20h26 par Mich.


LES "INDIGNÉS" DE ZURICH DÉLOGÉS APRÈS UN MOIS D'OCCUPATION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les "indignés" de Zurich délogés après un mois d'occupation

 

ZURICH (AP) — Quasiment au même moment que les manifestants du mouvement Occupy Wall Street à New York, les "indignés" de Zurich ont été délogés mardi matin, après un mois d'occupation des lieux. Une trentaine de militants ont été interpellés et les tentes saisies. Le mouvement "Occupy Paradeplatz" a dénoncé des violences policières et une violation de la liberté de réunion.

Les "indignés" de Zurich occupaient le parc du Lindenhof depuis le 16 octobre. Les discussions avec le chef du département cantonal de la police ont été vaines. Les occupants ont demandé, sans succès, le droit de rester une semaine de plus.

Le refus leur a été signifié en début de semaine passée. Le département leur a donné pour ultime délai dimanche soir minuit pour quitter les lieux. Ce délai n'ayant pas été respecté, la police municipale a décidé de procéder à l'évacuation.

A l'arrivée des forces de l'ordre peu avant 8h locales, une quarantaine de tentes et cinquantaine de personnes se trouvaient encore sur place. Une vingtaine d'occupants ont obéi à l'injonction de quitter le Lindenhof dans les 20 minutes. Puis la police a emmené pour un contrôle d'identité 31 personnes qui résistaient passivement en restant assises sur le sol.

Deux personnes ont été déférées au ministère public de Zurich. Il s'agit d'une Suissesse de 26 ans, dénoncée pour violences et menaces contre fonctionnaire et d'un Polonais de 39 ans pour des délits qui ne sont pas liés à l'occupation.

Des employés de la ville de Zurich ont ensuite nettoyé la place et ramassé 3,5 tonnes de détritus. Les tentes démontées seront gardées sous séquestre pendant un mois et pourront être récupérées sur présentation d'un document d'identité valable.

Si la police ne signale aucun incident sérieux, le son de cloche n'est pas le même du côté des manifestants. Ces derniers dénoncent une intervention de la police "disproportionnée et illégale", et le non respect de la liberté d'opinion et de réunion. Plusieurs militants ont été molestés ou atteints par du spray au poivre.

Un autre qui filmait la scène aurait reçu deux coups de poing dans le dos. Par ailleurs, des journalistes auraient été tenus éloignés de la scène.

Le mouvement "Occupy Paradeplatz" précise que ces événements ne remettent nullement en cause la poursuite de la mobilisation. Une assemblée générale devait se tenir dans la soirée pour trouver un nouveau lieu, en dehors du périmètre d'interdiction.

 

Un article de AP, publié par tempsreel.nouvelobs.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : AP

Source : tempsreel.nouvelobs.com

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • indignés - 
  • Zurich